Qui sont les casseurs ? Pourquoi et comment Rémi est-il mort ?

Samedi 25 octobre, des milliers d’opposants au barrage du Testet se sont réunis dans la forêt de Sivens pour manifester leur opposition à ce projet inutile et imposé.

Une présence policière importante était sur place, non loin du rassemblement. On peut se poser la question de la nécessité de celle-ci. La conséquence est cruelle puisqu’elle se traduit par la mort d’un jeune homme de 21 ans. Selon les dernières informations en notre possession, il se confirmerait que la mort de Rémi Fraisse au Testet soit le fait de la Gendarmerie mobile. Plusieurs témoignages attestent de tirs tendus de grenades et de fash-ball. Sans doute l’un de ceux-ci fut-il fatal à Rémi.

Les Amis de la Terre s’associent à la douleur des parents et des amis de Rémi et demandent que toute la lumière soit faite sur ce drame. Ce week-end les manifestants étaient nombreux sur le site en réaction légitime à la destruction d’un lieu de vie et d’un espace écologique pour servir les intérêts et les ambitions de quelques-uns, au détriment de la collectivité. Une poignée d’agro-industriels accaparent les terres et les subventions, épuisent et polluent les réserves naturelles d’eau, imposent des barrages sur-dimensionnés au détriment des zones humides mais ce sont eux qui, faisant fi des mesures de protection de l’eau, obtiennent gain de cause auprès des pouvoirs politiques, avec le soutien "musclé" des forces de l’ordre !

Les casseurs sont ceux qui détruisent les espaces écologiques à protéger et non pas Rémi Fraisse, ni aucun de ceux qui s’y opposent. Nous demandons bien entendu que le projet, dont un rapport du ministère de l’Environnement souligne le caractère surdimensionné et destructeur, soit définitivement abandonné et que les terres détruites soient remises en état. Afin que toute la vérité soit faite et pour exprimer notre deuil et notre solidarité, des mobilisations auront lieu dans les jours qui viennent partout en France. Les Amis de la Terre en seront partie prenante. A Paris, un rendez-vous a été fixé mardi à 19h30 au CICP, 21ter rue Voltaire, Paris 11ème pour envisager la suite.

Liste des rassemblements :
http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

Contact presse : Caroline Prak – 06 86 41 53 43

Rédigé le