Remaniement : l’énergie reprise en main par Bercy

Alors que la composition du nouveau gouvernement vient d’être annoncée, les Amis de la Terre sont inquiets du nouveau champ de compétences, plus réduit, du ministère de l’écologie. L’énergie disparaît du nom de ce ministère et est reprise à Bercy. Par ailleurs, la mer n’est plus citée alors que les menaces sur les ressources halieutiques n’ont jamais été aussi fortes.

Nathalie Kosciusko-Morizet, dont les compétences et le courage politique avaient été remarqués notamment lors du débat parlementaire sur les OGM, héritera t’elle d’un ministère réduit ? Le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer change une nouvelle fois de nom pour devenir le ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement. Si les Amis de la Terre se félicitent du maintien des transports et du logement confirmé par la nomination de deux secrétaires d’état, ils s’inquiètent de voir l’énergie passer à Bercy, dans le giron d’Eric Besson, chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique.

Pour Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre, « Alors que l’énergie est au cœur des changements de sociétés auxquels nous sommes confrontés et alors que la réduction de la consommation d’énergie devrait être une priorité pour des raisons sociales, économiques et écologiques, la reprise en main de ce secteur par Bercy laisse présager une relance décomplexée de la production avec davantage de nucléaire et davantage d’énergies fossiles, satisfaisant ainsi de grands lobbies aux dépends de l’intérêt des citoyens ».

La protection de la mer et du littoral pourrait, d’après le nouveau nom du ministère de l’écologie, avoir également été amputée de ses compétences. Si ceci était confirmé, ce serait un très mauvais signe alors que les quotas de pêche restent un sujet de tension avec le ministère de l’agriculture. Il pourrait s’agir d’une confirmation de ce qu’avait annoncé Nicolas Sarkozy lors du salon de l’agriculture : L’environnement, ça commence à bien faire !

Pour Anne Bringault : « Les tensions entre le ministère de l’écologie et celui de l’agriculture ont toujours été fortes, que ce soit au sujet des OGM, de la pêche ou de l’avenir de la PAC. Si la disparition probable de la mer des compétences du ministère de l’écologie était la marque d’une volonté affirmée de donner dorénavant la priorité au ministère de l’agriculture dans les arbitrages concernant les questions agricoles et marines, ce serait la victoire des lobbies contre la préservation de la biodiversité et la lutte contre les pollutions. »

Rédigé le