Ressources et médias

Rester informé


Retour sur l’Assemblée Générale des Amis de la Terre france à Bure

Bure : c’est un petit village de la Meuse choisi en 1994 par l’État pour y implanter son Centre industriel de stockage géologique (CIGEO) et accueillir « des recherches scientifiques souterraines ». Bure n’est-ce pas surtout le symbole d’un petit village sacrifié par l’État pour y enfouir des déchets nucléaires ? L’actualité nous montre encore que CIGEO est la plus grande magouille d’Etat. Après le scandale d’une tentative de passage en force dans la loi de transition énergétique, c’est finalement la loi Macron à coup de 49-3 qui l’impose. Heureusement, le conseil constitutionnel l’invalide rapidement car « contraire à la constitution ». Le gouvernement annonce une loi en 2016 et Jean-Yves Le Déaut, député PS fou des OGM et du nucléaire, une proposition de loi dès septembre. Les Amis de la Terre France réactivent leur indignation et leur soutien aux collectifs locaux mobilisés. Quelques mois plus tôt, notre association choisissait ce haut lieu de résistance citoyenne pour y tenir, du 23 au 25 mai 2015, son Assemblée fédérale extraordinaire statutaire et son Assemblée fédérale.

Lors de la première soirée, une action directe a été menée en hommage aux militant-es qui tous les jours s’opposent au projet CIGEO : le symbole anti-nucléaire a été projeté sur les bâtiments d’EDF pour signifier le déni de démocratie du projet et la volonté des Amis de la Terre France de réorienter le projecteur sur des modèles de sociétés plus justes.

Cette action s’est prolongée le 24 au soir, en présence de Claude Kaiser, militant anti-nucléaire venu témoigner de plus de 20 ans de réflexions, d’investissements et d’actions. L’expérience ainsi racontée nourrit nos argumentaires et forge nos convictions collectives.

23 mai 2015 : une Assemblée fédérale extraordinaire pour revitaliser l’organisation interne de la fédération.

Depuis 2 ans (2013), un processus débat est mené au sein des Amis de la Terre France pour impulser une nouvelle dynamique, vers une organisation écologique de masse, radicale et pragmatique. Il s’est concrétisé à Bure par la ratification de nouveaux statuts, et a acté en particulier la création de la CNGL (coordination nationale des groupes locaux).

La fatigue accumulée lors des débats menés « tambour battant » a laissé place à l’allégresse lors d’une soirée festive confiée aux « Bure Haleurs ». Nous remercions le groupe local de Meurthe et Moselle et la Maison de la Résistance pour l’organisation de ce temps très sympathique mais également pour leur accueil chaleureux tout au long de ce week-end.

24 mai 2015 : L’Assemblée fédérale zoome sur l’année du climat.

Dans la continuité des objectifs poursuivis par les nouveaux statuts, des réflexions ont été menées autour des « enjeux de la COP21 et post-COP21 ». En cette année 2015, année du climat, décrétée grande cause nationale par le gouvernement, il nous faut gagner des victoires en construisant et animant des campagnes efficaces et attractives. Accueillir et préparer la nouvelle génération militante est aussi fondamental.

Les groupes locaux Nord et Rhône sont revenus sur l’accompagnement mis en place par la fédération depuis début 2015 pour leur permettre de gagner en efficacité dans leurs actions de mobilisation et de recrutement d’adhérents. Les premiers résultats, très encourageants, nous donnent envie de poursuivre cette dynamique et de généraliser. Les Jeunes AT ont montré aussi l’étendue de leur créativité !

C’est sur ces témoignages que nous nous sommes quittés avec l’intime conviction d’avoir les capacités et l’envie de nous organiser pour construire un contre-pouvoir qui soit imposant et devienne plus fort que les lobbies qui mènent la danse !

Thierry Avramoglou, Véronique Sinou et Cynthia Sou

Rédigé le