Shell « présente ses excuses » pour les dommages commis dans le monde dans un erratum à son rapport annuel

La Haye, (Pays-Bas), le 17 mai 2011 – Au cours de l’Assemblée générale annuelle qui se tient à La Haye aujourd’hui, les Amis de la Terre International ont présenté un « erratum » [1] au rapport annuel de Shell pour l’année 2010. Dans cette erratum parodié, qui a été distribué aux actionnaires, Shell reconnaît causer « d’importants dommages indésirables et inutiles » dans ses exploitations mondiales de pétrole, de gaz et de biocarburant. La société affirme en outre que Shell « a appris de ses erreurs » et fait le serment de prendre « l’entière responsabilité afin de prévenir et atténuer les coûts pour l’environnement et les personnes touchées par nos exploitations. »

L’erratum publié par Les Amis de la Terre International aujourd’hui souligne 12 cas de figure sur 5 continents différents. Il expose les impacts des exploitations de pétrole et de gaz de Shell sur le climat et sur l’environnement et montre également l’implication de Shell dans la violation de droits humains et les irrégularités de travail, comme celles engendrées par la coentreprise de Shell avec le producteur brésilien de biocarburant Cosan S.A., qui a été liée à une main d’œuvre esclave et à des violations des droits du travail. En outre, le rapport dresse la liste des cas de corruption et d’ingérence dans la politique en vue de garantir des profits d’entreprise. Cet erratum, qui devrait être un véritable signal d’alarme pour les actionnaires et le conseil d’administration de Shell, est étayé par un rapport détaillé sur les 12 exemples impliquant la pollution mortelle, la corruption, l’esclavage et la violation des lois nationales et internationales.

Paul de Clerck, coordinateur de la campagne Responsabilité des entreprises des Amis de la Terre International explique : « Nous souhaitons que les promesses formulées dans l’erratum rédigé pour Shell deviennent une réalité. Shell a conscience des dommages causés à l’environnement et de la violation des droits des communautés locales où l’entreprise est impliquée. Nous voulons que Shell prenne des mesures pour réparer les dommages et prévenir d’autres méfaits. »

Au cours de la présentation de l’erratum aux actionnaires et au conseil d’administration de Shell qui a eu lieu aujourd’hui, les représentants de différentes communautés touchées par les actes répréhensibles de Shell étaient présents :

* Eric Dooh, un agriculteur nigérian qui poursuit Shell en justice aux Pays-Bas [2] pour le refus de nettoyer les déversements d’hydrocarbure dans son étang à poissons et dans ses champs affirme : « Les déversements d’hydrocarbure des pipelines de Shell ont entraîné une importante pollution de l’eau et des terres agricoles de notre village. Nous voulons que Shell nettoie la pollution afin que nous puissions de nouveau pêcher et cultiver la terre. »

* Lionel Lepine, représentant de la Première nation Athabasca Chipewyan du Canada commente : « Les exploitations de sables bitumineux de Shell bouleversent notre mode de vie traditionnel. Elles détruisent notre air, notre eau, notre terre, nos plantes médicinales, les oiseaux, les poissons et les animaux dont nous dépendons pour soutenir notre peuple. » M. Lepine affirme également que « l’empreinte de Shell sur nos terres aura des répercussions sur de multiples générations ; Shell viole nos droits indigènes, les droits de la Terre mère sacrée et nous sommes présents à leur assemblée générale annuelle pour leur faire savoir que nous allons les en empêcher. »

Les Amis de la Terre International demande de Shell que la société :
* Nettoie la pollution et dédommage les victimes
* Améliore l’entretien de ses exploitations afin d’éviter tout nouveau cas de pollution
* Réduise l’empreinte carbone de ses exploitations
* Mette un terme aux exploitations comportant des risques importants
pour les approvisionnements d’eau, la santé, l’agriculture et la biodiversité, telle que la fracturation hydraulique à grand volume, les sables bitumineux, le forage arctique et en mer profonde.
* Cesse la violation des droits humains et indemnise les victimes.

Les Amis de la Terre France étaient déjà présents la semaine dernière à l’assemblée générale de Total à Paris. A cette occasion, Eriel Tchewkie Deranger, représentante de la Première nation Athabasca Chipewyan du Canada, a pu interpeller le PDG Christophe de Margerie devant 4000 actionnaires sur leur projet Joslyn d’exploitation des sables bitumineux dans l’Alberta [3]. Juliette Renaud, chargée de campagne aux Amis de la Terre France, commente : « M. de Margerie s’était violemment emporté, reflétant l’incapacité du géant pétrolier à apporter une réponse aux populations affectées concernant les impacts irréversibles de ses activités sur leurs conditions de vie et sur leur environnement. Les multinationales ne se réguleront jamais d’elles-mêmes et n’assumeront pas leurs responsabilités sociales et environnementales si on ne les y contraint pas. Nous appelons donc nos gouvernements et parlementaires à agir. »

Contact presse : Caroline Prak, Les Amis de la Terre France, 01 48 91 58 96 / 06 86 41 53 43, caroline.prak@amisdelaterre.org

POUR PLUS D’INFORMATIONS :
* Paul de Clerck, Friends of the Earth International, +32-49-4380959 (téléphone portable belge), paul@milieudefensie.nl (anglais)

* Romel de Vera, Friends of the Earth International, +63 906 305 7097 (téléphone portable philippin), mel.devera@lrcksk.org (espagnol/anglais)

* Coordination média des Amis de la Terre, +31-20-6221369 (bureau d’Amsterdam), media@foei.org (français/ anglais)

* Concernant l’affaire judiciaire à La Haye, veuillez contactez le département presse des Amis de la Terre Pays-Bas (Milieudefensie) : + 31-20-5507333 ou persvoorlichting@milieudefensie.nl (anglais/néerlandais)

* Concernant la campagne des Amis de la Terre France sur les sables bitumineux : Juliette Renaud, + 33 1 48 91 18 92, juliette.renaud@amisdelaterre.org (français/anglais)

NOTES
[1] Télécharger l’erratum parodié. Voir la vidéo de la remise du rapport lors de l’Assemblée Générale de Shell (en anglais).

[2] Le 19 mai, Eric Dooh fera pour la première fois face à Shell devant le tribunal à l’occasion d’une audience à la Haye. Pour plus d’informations sur l’affaire judiciaire et les événements qui se dérouleront le 19 mai, cliquez ici.

[3] Pour voir la vidéo d’Eriel Tchewkie Deranger à l’AG de Total, cliquez ici.
Pour le communiqué de presse des Amis de la Terre France, cliquez ici.
Pour plus d’informations sur les activités réalisées en France la semaine dernière, cliquez ici.

Rédigé le