Shell rejette les exigences climatiques des Amis de la Terre Pays-Bas, les obligeant à lancer une action en justice

Amsterdam, 29 mai – Hier, Shell a rejeté par écrit les exigences émanant des Amis de la Terre Pays-Bas concernant l’alignement des activités de l’entreprise sur l’Accord de Paris sur le climat, la réduction des investissements dans le gaz et le pétrole et la réduction des émissions de gaz à effet de serre à zéro d’ici à 2050. Les Amis de la Terre Pays-Bas vont lancer une action en justice contre Shell pour que l’entreprise arrête de détruire notre climat.

Les Amis de la Terre Pays-Bas (Milieudefensie) ont envoyé à Shell, le 4 avril dernier, une mise en demeure, lui donnant huit semaines pour accepter ses exigences et ainsi éviter le procès. Depuis lors, 15000 personnes de 70 pays ont rejoint l’affaire climatique en tant que co-requérants honoraires et plus de 11000 personnes ont rejoint l’affaire en tant que co-plaignants.

Dans la lettre de réponse de Shell du 28 mai dernier, la secrétaire de la Royal Dutch Shell Company, Linda Szymanski, rejette les exigences de Milieudefensie, précisant : « Je ne propose pas de répondre en détail à vos exigences  ». Shell souligne plutôt ses ambitions climatiques actuelles. Toutefois, une résolution visant à adopter des cibles de réduction des émissions conformément à l’Accord de Paris a été rejetée la semaine dernière lors de l’assemblée générale annuelle de Shell.

Roger Cox, avocat de Milieudefensie, explique : « Shell n’a pas pris la peine de répondre aux exigences et arguments avancés dans la lettre de Milieudefensie. Son modèle commercial suit toujours une trajectoire de collision avec l’accord climatique. Shell rappelle quelles sont les mesures marginales prises pour protéger le climat, mesures que nous connaissons déjà, mais ne parle pas du fond de l’action en justice : mettre un terme au changement climatique dangereux. »

Shell affirme dans sa lettre que les tribunaux ne sont pas « le bon endroit pour faire progresser la transition énergétique mondiale  ». Donald Pols, directeur de Milieudefensie, réagit : « Shell n’a clairement pas compris comment fonctionne le système juridique. Si les entreprises ou les gouvernements violent la loi, alors un juge peut être saisi. Aujourd’hui, de plus en plus de citoyens demandent justice pour la pollution provoquée par des entreprises comme Shell.  »

Selon Sara Shaw, responsable de campagne des Amis de la Terre international, « Il est illégal de mettre le feu à la maison de quelqu’un. Nous pensons qu’il est également illégal que les entreprises fossiles brûlent sciemment notre maison commune. Aujourd’hui, l’appel mondial pour la justice climatique se fait de plus en plus entendre. »

Les Amis de la Terre International appellent les citoyens à rejoindre l’affaire contre Shell en tant que co-plaignants honoraires.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

  • Malika Peyraut, Amis de la Terre France : +33 6 86 41 53 43 ; malika.peyraut@amisdelaterre.org
  • Lowie Kok ou Marlijn Dingshoff, Amis de la Terre Pays-Bas : +31 (0) 62 959 3883 ou +31 (0) 20 550 7333
  • Sam Cossar-Gilbert, Amis de la Terre International : +61 413496570 sam.cossargilbert@foe.org.au

À télécharger...

Rédigé le