Ressources et médias

Rester informé


Six raisons pour lesquelles reconvertir les centrales à charbon d’EDF en centrales à biomasse est une mauvaise idée

Le gouvernement français s’est engagé à arrêter l’utilisation de charbon pour ses centrales au plus tard en 2022. EDF exploite encore trois tranches à charbon sur le territoire français, deux à Cordemais (2x600MW) et une au Havre (600MW). A travers le projet Ecocombust, EDF étudie différents scenarii de reconversion avec une substitution du charbon par de la biomasse dans des proportions variant entre 50% et 80%. Mais ce n’est pas une bonne idée et on vous explique pourquoi !

  • Une stratégie d’EDF pour prolonger son parc charbon

Au-delà des impacts environnementaux que poserait l’utilisation massive de biomasse, c’est la possibilité qu’EDF obtienne une dérogation pour pouvoir continuer à utiliser du charbon au-delà de 2022 qui est en jeu.

  • Aucune centrale à charbon dans le monde n’a réussi à remplacer le charbon par des granulés produit à partir de déchets verts ou des déchets de l’industrie du bois

La quantité de biomasse nécessaire au fonctionnement des centrales de Cordemais et du Havre varie énormément selon les hypothèses considérées : nombre de tranches, nombre d’heures de fonctionnement et mix charbon / biomasse. Avec 3 tranches, 4000 heures de fonctionnement par an et un mix 80% biomasse / 20% charbon, la quantité de biomasse brute nécessaire serait de l’ordre de 6 millions de tonnes par an. [1] Un tel approvisionnement entraînerait l’augmentation des transports par camions et une pression très forte sur la ressource sur l’ensemble de la façade atlantique, de la Haute-Normandie au Pays basque. [2]

Conscient du risque d’être accusé de déforestation, EDF met en avant l’utilisation des déchets de bois aujourd’hui non-valorisés (déchet verts, déchets d’emballage, des déchets de l’industrie de l’ameublement ou du secteur du bâtiment) et, dans une moindre mesure, du bois issus de forêts ou des connexes de scieries. Ce gisement est néanmoins limité et inadéquat en terme de qualité.

EDF explique avoir réussi à faire fonctionner un prototype avec un mélange 80% granulés produits à partir de divers déchets de bois (“black pellets”) et 20% charbon mais le passage à une échelle industrielle se heurte à un problème : ces granulés contiennent de nombreuses impuretés et leur utilisation intensive conduirait rapidement à une dégradation des installations. Aucun exploitant dans le monde n’a réussi à passer au stade industriel. La technologie que souhaite utiliser EDF a, par exemple, été testée par Zilkha Biomass Energy, aux USA entre 2015 et 2017 avant d’être abandonnée. La seule possibilité pour avoir des granulés de qualité constante et compatible avec l’installation existante est d’utiliser du bois issu directement de forêts (“white pellets”). [3]

  • Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme : le développement des projets industriels de biomasse menace les forêts

Dans une lettre ouverte au Parlement Européen, plus de 700 scientifiques [4] alertent sur les risques associés à un développement massif des utilisations énergétiques du bois : intensification des prélèvements, baisse des volumes de bois mort en forêt indispensable pour la biodiversité, conversion de forêts naturelles en plantations sous régime de coupes rases, utilisation croissante de pesticides et herbicides... [5]

Dans de nombreux pays européens, d’importants projets de valorisation énergétique de la biomasse se sont développés avec des conséquences désastreuses pour les forêts. La conversion de la centrale à charbon de Drax (Sud de l’Angleterre) en centrale à biomasse est révélatrice des problèmes que pose ce type de projet : son approvisionnement nécessite chaque année 13 millions de tonnes de bois soit, à elle seule, 120% de la production totale de bois du Royaume-Uni. En quelques années, le Royaume-Uni a ainsi massivement augmenté ses importations de bois, notamment en provenance des États-Unis alimentant une très forte destruction des forêts naturelles de la côte Est. [6]

  • Un projet qui fait obstacle à une transition énergétique

Les centrales à charbon de Cordemais et du Havre ont un rendement énergétique de l’ordre de 33%, c’est-à-dire qu’un tiers seulement de l’énergie issue de la combustion du charbon permet de fabriquer de l’électricité et que les deux tiers restants sont évacués sous forme de chaleur. Une solution astucieuse dans le cas de plus petites installations est de récupérer cette chaleur pour l’injecter dans des réseaux locaux de chauffage collectif ce qui permet d’atteindre des rendements de l’ordre de 90% (cogénération). Cette solution est beaucoup plus difficile, voir impossible à mettre en oeuvre pour les centrales de Cordemais et du Havre (d’ailleurs EDF ne l’évoque pas). La reconversion des centrales à charbon de Cordemais et du Havre entraînerait donc un gaspillage énergétique d’une ressource limitée au détriment d’autres projets plus locaux et plus efficaces.

De plus, s’il est vrai qu’aujourd’hui un grand nombre de déchets de bois ne sont pas valorisés, la meilleure option reste d’encourager leur utilisation pour fabriquer des panneaux de bois utiles à la construction plutôt que leur combustion. Le projet Terracrea [7] estime ainsi qu’à l’horizon 2050 la demande en panneaux de bois pourrait être de l’ordre de 9 millions de m3 (contre environ 4 millions de m3 aujourd’hui).

  • Un délais à court-terme mais pas une solution de reconversion viable à moyen-terme pour les salariés et sous-traitants

Au delà des dangers pour le climat et la biodiversité que le projet de reconversion présente, sa viabilité économique et la faisabilité technique de le faire passer à l’échelle industrielle restent incertaines. Si l’Etat accepte le moratoire demandé par EDF, il est donc fort probable que la question de la fermeture des sites se pose à nouveau en 2025.

Même si les projets industriels sont différents, les leçons tirées de l’expérience de la centrale de Gardanne ne doivent pas être oubliées en terme de reconversion. En 2013, l’Etat a soutenu le projet de reconversion d’une unité en biomasse porté par Uniper, en mettant notamment en avant le maintien de l’emploi. Pourtant, la question de la fermeture du site se repose à nouveau aujourd’hui, l’unité biomasse connaissant toujours des problèmes techniques et n’étant pas viable économiquement sans l’unité charbon. Avec les 250 millions d’argent public injectés dans le rachat de l’électricité à prix bonifié, le gouvernement n’aurait-il pas plutôt mieux fait de financer des parcours de reconversion individuels et collectifs sur le territoire ?

Aujourd’hui, selon la CGT, des discussions sont en cours sur le prix de rachat de l’électricité si le projet Ecocombust est mis en oeuvre. Plutôt que de financer un projet de reconversion dont la viabilité est incertaine, le gouvernement devrait faire le choix de doter les contrats de transition écologique de réels financements pour dynamiser de nouvelles filières industrielles sur les territoires, compatibles avec la transition écologique et les compétences des travailleurs concernés, ainsi que de financer des parcours de reconversion professionnelle pour les salariés et sous-traitants.

De plus, en fonction du scénario choisi par EDF sur le nombre d’heures de fonctionnement, des emplois risquent de toute façon d’être fragilisés.

  • La reconversion risque d’augmenter la pollution de l’air sur les territoires concernés

La combustion du charbon comme celle de la biomasse sont responsables de pollution de l’air dans les zones proches des centrales thermiques. Les mesures prises à Drax (Sud du Royaume-Uni) suite à la reconversion de la centrale à charbon en centrale biomasse constatent certes une baisse de certains polluants atmosphériques (sulfure, émissions d’oxyde d’azote) mais aussi une forte hausse des émissions de particules fines et surtout ultra-fines (PM10, PM2.5).

La centrale de Cordemais a fait l’objet de lourds investissements dans le cadre de la campagne « charbon 2035 », et ceci notamment au niveau de son système de filtration des fumées. [8] Ces systèmes ciblent les principaux polluants liés à la combustion du charbon : oxydes d’azote et de soufre ainsi que particules fines. La combustion de biomasse et à fortiori de déchets de bois pollués par des peintures, vernis, colles ou autres, peut pourtant engendrer l’émission de nombreux autres polluants (dioxines et furanes, HAP : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, PM1 et PM2,5 : particules ultrafines, COV : Composés Organiques Volatiles, benzène, métaux lourds), posant de gros problèmes de santé publique pour les populations riveraines.

Il a été précisé de multiples fois lors des journées publiques organisées par EDF que la centrale ne ferait pas l’objet d’un classement en tant qu’usine d’incinération de déchets et que de nouveaux investissements dans des systèmes de filtrations supplémentaires n’étaient pas envisagés. Le projet Ecocombust impliquera donc de brûler de la biomasse et notamment des déchets de bois, ainsi que potentiellement des CSR, dans une installation prévue pour filtrer les polluants liés à la combustion du charbon. A notre connaissance, aucune étude ou garantie précise n’a été produite par EDF afin d’estimer les émissions de polluants après modification du combustible.

En savoir +

[1] D’après la note de contexte sur le projet Ecocombust d’Atlanbois (juillet 2018)

[2] D’après l’étude de gisement de biomasse mobilisable par le projet Ecocombust du cabinet Inddigo (mars 2018)

[3] D’après la note “EDF proposal to convert Cordemais and Le Havre power stations to waste wood or mixed waste : A Troja Horse for burning coal and forest wood from 2022 ?” de Biofuelwatch (septembre 2018)

[4] https://www.euractiv.com/wp-content/uploads/sites/2/2018/01/Letter-of-Scientists-on-Use-of-Forest-Biomass-for-Bioenergy-January-12-2018.pdf

[5] https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/glyphosate/plus-de-70-pesticides-et-herbicides-sont-toleres-dans-les-forets-deplore-l-association-les-amis-de-la-terre_2919341.html

[6] https://www.dogwoodalliance.org/2018/06/stop-thinking-of-europe-as-climate-leaders/

[7] http://lra.toulouse.archi.fr/lra/activites/projets/terracrea/terracrea-rapport-final

[8] Dossier de presse EDF, janvier 2018 : La Centrale Thermique de Cordemais

Rédigé le