Stop Rio Grande LNG : Une campagne citoyenne de boycott vise Société Générale

Montreuil, le 23 mars 2018 – Les Amis de la Terre s’associent aujourd’hui à I-Boycott et I Love Therefore I Am et relancent une campagne de boycott visant Société Générale. L’objectif : mobiliser les citoyens et faire pression sur la banque pour qu’elle se retire du projet Rio Grande LNG et mette fin à ses soutiens aux énergies fossiles les plus dangereuses pour le climat, l’environnement et les droits des populations.

En partenariat avec I Love Therefore I Am et I-Boycott, Les Amis de la Terre relancent aujourd’hui une campagne de boycott citoyenne, avec en ligne de mire Société Générale et ses soutiens aux énergies fossiles [1]. Car malgré l’urgence de la crise climatique et après le scandale du Dakota Access Pipeline, la banque française persiste à soutenir des projets hautement controversés aux Etats-Unis et dans le monde. Rien qu’entre 2014 et 2016, Société Générale a accordé plus de 6 milliards de dollars de financements aux énergies les plus dangereuses pour l’environnement et les droits des populations [2].

Société Générale joue actuellement un rôle clé dans le projet de terminal méthanier Rio Grande LNG et de gazoduc Rio Bravo Pipeline au Texas, complexe monumental qui a notamment pour vocation d’exporter du gaz de schiste vers l’Europe. La banque est en particulier responsable de lever les 20 milliards de dollars que coûtera la mise en opération de ces nouvelles infrastructures.

La communauté de la vallée du Rio Grande et la tribu autochtone des Esto’k Gna mènent depuis 4 ans une lutte acharnée contre le projet, qui menace le climat et l’environnement, mais également leurs droits, leurs emplois, leur patrimoine culturel, leur santé et leur sécurité.

En France, les citoyens peuvent participer à cette résistance en se mobilisant et en demandant à Société Générale de mettre un terme à ses soutiens climaticides. Le boycott représente un levier puissant : en rejoignant les rangs des boycottants, en fermant leur compte, en arrêtant de retirer de l’argent dans un distributeur, les consommateurs envoient un signal clair à la banque : “nous ne souhaitons pas que notre argent alimente le développement de projets fossiles”.

L’expérience de BNP Paribas a prouvé que la mobilisation peut renverser des situations injustes. Sous la pression des associations et des citoyens, la banque a adopté en 2017 une politique ambitieuse sur les sables bitumineux, le gaz de schiste, et les forages en Arctique [3]. C’est maintenant à Société Générale de suivre cette même voie, en se retirant du projet Rio Grande LNG et en mettant fin à ses soutiens aux énergies fossiles les plus dangereuses pour l’environnement et les droits des populations.

Participez à la campagne de boycott ici.

Découvrez le guide éco-citoyen “Choisis ta banque”.

Rédigé le