Ressources et médias

Rester informé


Témoignage : 20 ans de lutte pour Claude Kaiser face au projet d’enfouissement des déchets CIGEO à Bure

Sur nos territoires, nombreux-ses sont les militant-es qui organisent le rapport de force face à de Grands Projets Inutiles et Imposés. Courageux-ses, déterminé-e-s, soutenu-es, ils/elles nous racontent leurs luttes. Nous avons sélectionné trois témoignages de celles et ceux qui refusent de subir l’inaction !

Claude, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Claude Kaiser et j’habite à quelques km du laboratoire souterrain de recherche sur la gestion des déchets radioactifs de Bure. Ancien maire de mon village, riverain, je suis farouchement opposé au projet et un militant actif d’une lutte longue de plus de 20 ans.

Quand ce grand projet inutile est-il né ?

Ce projet est né dans les années 80. À cette époque, les industriels du nucléaire cherchaient déjà le moyen de se débarrasser des déchets radioactifs. L’enfouissement en couche géologique profonde fut privilégié. Mais partout où ils ont voulu creuser, ils se sont confrontés aux résistances locales des élus et des populations si bien qu’un « moratoire » fut décrété par le gouvernement. Au début des années 90 une nouvelle stratégie fut déployée, huilée pour rassurer. Il n’était plus question d’enterrer les déchets directement mais de construire un laboratoire d’études sur le stockage géologique.
De plus, un accompagnement financier a de suite été proposé. Mais de l’étude à la mise en œuvre, n’y a t-il pas qu’un pas ? Toute la mécanique pour faire aboutir le projet était en marche ici à Bure. En 1998, la construction du laboratoire eut le feu vert. Depuis 15 ans, la pression citoyenne, à grand renfort de manifestations et de contre-expertises a permis de ralentir le projet. Ce ne sera qu’en 2017 que le parlement se prononcera pour construire ou non les galeries.

Qui ce projet affecte-t-il ?

Ce projet affecte tous ceux qui se soucient de la planète... Bien sûr, les populations locales sont touchées puisque l’on voit nos territoires progressivement se transformer. Des routes sont creusées, des zones sont déforestées, des paysans sont expropriés. La filière nucléaire s’implante, les sous-traitant s’installent. Ce n’est pas de ce type de développement territorial dont nous avons envie !

Pourquoi est-ce une « fausse bonne idée » ?

Pour moi, c’est une « monstruosité » morale. Déjà, on nous a imposé le nucléaire. Aujourd’hui, le problème des déchets va occuper la communauté humaine pour des décennies ! L’enfouissement des déchets aujourd’hui nous prive de l’espoir que les générations futures trouvent une véritable solution pour nous en protéger différemment. Et puis, on nous assure la construction d’un coffre fort géologique, à la pointe de la technologie... La même promesse avait été faîte à WIPP aux Etats-Unis. Aujourd’hui, suite à un incendie, le site de 41km2 est contaminé. Et contrairement à WIPP où il s’agit majoritairement de déchets peu radioactifs, le projet sur Bure est d’une autre échelle. Pharaonique et dangereux, nous serions la 3ème zone la plus nucléarisée du monde !

Ce projet est-il cohérent avec la nécessité de lutter contre les changements climatiques et engager une véritable transition écologique ? Pourquoi s’acharne-t-on à conserver cette énergie d’un autre âge ?

Dangereux, ruineux, « énergivore » en ressources naturelles (uranium), producteur de déchets, le nucléaire est aussi un mode de production énergétique centralisé, géré par une industrie lourde. Les énergies renouvelables peuvent, elles, s’imaginer en petites productions locales aux mains des citoyens ; c’est intéressant pour l’emploi, pour la démocratie locale et pour (re)dynamiser nos territoires ruraux. Oui, je suis favorable à la relocalisation de la production énergétique et à sa gestion municipale, en régie, en autonomie locale !

D’ailleurs, quelles sont tes envies pour l’avenir ?

Je veux que ça s’arrête, j’y crois aujourd’hui. Les ONG s’emparent du sujet, les gens convergent vers Bure, équilibrant le rapport de force ! On est en train de vivre un retournement et si la communauté humaine s’y met toute ensemble, on peut faire triompher la morale et la raison !

Claude Kaiser

POUR EN SAVOIR PLUS : Le site web de Bure : Stop !

Rédigé le