Ressources et médias

Rester informé


Total, serial Killer du climat

Dijon, le 14 novembre, des militants d’Action Non-violente COP21 et des Amis de la Terre Côte-d’Or se sont retrouvés symboliquement devant une station essence Total afin de dénoncer le rôle néfaste de cette entreprise dans le dérèglement climatique.

5ème compagnie pétrolière et gazière du monde, Total contribue massivement au dérèglement climatique en exploitant les sources d’énergie les plus polluantes de la planète, en violant les droits humains et en freinant la transition énergétique. Total fait notamment partie des 90 entreprises mondiales qui ont le plus émis de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Des militants étaient présent devant une station Total à Dijon ce samedi 14 novembre pour mettre en lumière toute une série de pratiques climaticides dans lesquelles Total est investi :
* La pratique dévastatrice du torchage de gaz au Nigéria
* L’exploitation des sables bitumineux en Alberta (Canada) et au Venezuela
* La poursuite des projets de gaz et pétrole de schiste en Patagonie (Argentine), au bassin de Gainsorough Trouggh (Grande-Bretagne) et à Timimoun (Algérie)
* Le forage en eaux profondes avec le projet Yamal (Arctique), Vega Pleyade (Argentine) et en Uruguay pour le gaz.

« Alors que le dérèglement climatique est déjà une tragédie pour des millions de personnes, Total agit comme un « serial killer du climat » en continuant d’investir massivement dans les techniques les plus destructrices pour le climat »

Malgré ses activités fortement climaticides et qui affectent directement les conditions d’existence de nombreuses communautés dans le monde, Total apparaît aujourd’hui dans l’Agenda de l’Action Paris-Lima (LPAA) dit Agenda des Solutions, de la COP21. L’entreprise se présente comme une entreprise « verte », notamment depuis le lancement fin 2014 de sa campagne de publicité « engagé pour une énergie meilleure ». De plus, Total a des techniques de lobbying très agressives, ce qui lui vaut par ailleurs d’être nominée cette année aux Prix Pinocchio du Climat dans la catégorie « Lobbying »

Rédigé le