Ressources et médias

Rester informé


Vous reprendrez bien des crevettes ?

La principale cause de destruction de mangroves est l’élevage des crevettes tropicales. Voici la traduction partielle d’un article du Guardian, paru en juin 2003 sous la plume de Felicity Lawrence.

Une crevette géante qui provoque des dégâts...géants !

Nous avons publié cet article en réaction à une action d’AXA "en faveur des mangroves". Face à l’ampleur des destructions, l’action d’AXA parait bien modeste, surtout pour une compagnie qui a un investissement de plus de 5 milliards d’euros dans le secteur minier en général, secteur connu pour ses conséquences sociales et environnementale désastreuses ...

Article du Guardian décembre 2011

En 2003, les ventes mondiales de crevettes d’élevage représentaient entre 50 et 60 milliards de dollars et augmentaient à un rythme annuel de 9%.

Cet engouement soudain pour les crevettes tropicales n’est pas le résultat d’une pêche naturelle, mais de l’explosion de l’aquaculture intensive dans les pays du sud. Des Institutions Financières Internationales ont soutenu ce commerce, comme étant un moyen de procurer des revenus grâce aux exportations, de fournir de la nourriture pour les affamés et de lutter contre la pauvreté.

Mais dans un rapport paru en 2003, la Fondation pour la Justice Environnementale (EJF) démontrait que pour la majorité des personnes concernées, les conséquences étaient catastrophiques.

Dans les pays industrialisés, les crevettes sont devenus un luxe abordable au quotidien. Mais le vrai prix est payé par les pays en voie de développement qui les produisent et il est énorme : graves dommages environnementaux, maladies, pollution, dettes et spoliation, travail des enfants, violence. Quant aux consommateurs occidentaux, ils mangent un produit qui dépend de l’utilisation de fortes doses d’antibiotiques et d’hormones de croissance.

« La rapide croissance de cette industrie et la destruction des mangroves ont amené notre association à tirer la sonnette d’alarme » dit Steve Trent directeur de l’Environmental Justice Foundation (EJF). « La plupart des crevettes élevées dans des pays en voie de développement sont consommées en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Les consommateurs de ces pays doivent savoir que lorsqu’ils les mangent, ils dégustent un met délicat qui cause famine, souffrance et mort ».

L’exemple du Vietnam est très parlant.

Suite de l’article publié en réponse à une pub d’Axa dans le document pdf :

PDF - 310.4 ko
Crevettes et destruction des mangroves en Asie du Sud-est

Rédigé le