L’histoire de REDD : une réelle solution à la déforestation ?

Montreuil, le 4 mai 2012 – A quelques semaines de l’ouverture du Sommet de Rio +20 sur l’économie verte, les Amis de la Terre lancent, avec 7 autres organisations, un film pédagogique et critique pour décrypter les enjeux autour du mécanisme de Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD).

La déforestation est une cause majeure des changements climatiques, et représenterait chaque année l’équivalent de 15 à 30 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Depuis 2006, les Nations unies planchent, dans le cadre des négociations sur le Climat, sur un mécanisme pour réduire les émissions liées à la déforestation, comme l’explique Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour les Amis de la Terre : « Arrêter la déforestation est indispensable pour stabiliser le climat mais le mécanisme REDD ne répond pas à cet objectif. Plutôt que de renforcer les droits des communautés forestières, d’interdire la conversion des forêts en monocultures ou l’exploitation industrielle du bois, ce mécanisme constitue une formidable échappatoire pour les entreprises qui peuvent continuer à polluer en achetant des forêts ou en plantant des arbres ».

Le film « L’histoire de REDD : une réelle solution à la déforestation ? », coordonné par FERN et réalisé dans le cadre d’un projet européen Grundtvig réunissant 7 partenaires, est avant tout un outil d’éducation populaire comme le souligne Sylvain Angerand : « A travers ce projet, nous voulons sensibiliser les citoyen(ne)s sur les dérives des marchés du carbone et de façon plus générale sur les risques liées à la financiarisation de la nature. Au fil des ans, les entreprises ont pris le contrôle sur les processus des Nations unies : il faut inverser cette tendance et replacer les peuples au cœur de ce qui se discute dans les enceintes onusiennes ».

En effet, le Sommet de Rio +20 pourrait constituer une étape majeure pour la prise de contrôle des biens naturels par les entreprises et les acteurs financiers comme le laisse entendre, par exemple, la déclaration sur le capital naturel [1] . Or, comme le montre l’exemple des nombreux pilotes REDD que surveillent les Amis de la Terre, les marchés du carbone et l’arrivée des acteurs financiers est davantage une menace qu’une solution.


Juliette Renaud, chargée de campagne pour les Amis de la Terre conclut : « Des centaines de milliers de personnes sont expulsées de leurs terres ou de leurs forêts parce que des entreprises, sous prétexte d’économie verte, prennent le contrôle de ces espaces. Le problème de fond est la surconsommation croissante de ressources naturelles et la compensation de ces excès ne fait que déplacer le problème ailleurs, là où les gens n’ont aucun moyen de s’opposer. »

Contact presse : Caroline Prak – Les Amis de la Terre : 06 86 41 53 43 – 01 48 51 18 96

Note :
[1] http://www.naturalcapitaldeclaration.org/declaration.php

Rédigé le