Surconsommation, une menace sur l’eau

Paris, le 14 Novembre 2011 – Les hauts niveaux de consommation en Europe menacent les ressources en eau de la planète comme le révèle le nouveau rapport « Surconsommation, une menace sur l’eau » des Amis de la Terre Europe et du Sustainable Europe Research Institute.

Les résultats de cette étude alertent les décideurs politiques sur la nécessité de mieux comprendre et d’anticiper les tensions croissantes sur la ressource en eau en Europe et dans les pays du Sud, et les interpellent sur la nécessité de mesurer, de façon plus précise, les quantités d’eau importées dans les produits que nous consommons.

L’Europe est le quatrième plus gros consommateur d’eau par habitant du monde. L’Europe consomme davantage d’eau de façon indirecte, par les produits qui en nécessitent une grande quantité pour leur fabrication que de façon directe, pour boire ou se laver. Par exemple, pour produire un litre d’eau en bouteille, il faut en utiliser neuf, et 140 litres d’eau sont nécessaires pour remplir une tasse de café.

Camille Lecomte, chargée de campagne pour les Amis de la Terre France déclare : « L’Europe consomme davantage d’eau qu’elle ne le devrait. Pour un partage équitable des ressources entre tous les êtres humains, les Européens doivent réduire significativement leur consommation. Pour répondre à ce défi, une réduction des hauts niveaux de consommation est indispensable ».

Les niveaux élevés d’utilisation de l’eau en Europe sont caractéristiques des niveaux alarmants de l’utilisation des ressources par une minorité de la population mondiale. Ce déséquilibre est à l’origine de conflits, de plus en plus nombreux, dans les régions du monde où cette ressource est rare.

Paradoxalement, de nombreux pays qui possèdent de faibles réserves en eau douce, utilisent l’eau disponible pour produire des biens destinés à l’exportation vers les pays riches en eau. Or les importantes quantités d’eau nécessaires aux processus de production affectent les écosystèmes et la vie des populations locales, notamment en Afrique pour la culture de coton ou au Brésil où l’extraction croissante de minerais conduit à la multiplication de grands barrages pour alimenter les usines de transformation.

Ariadna Rodrigo, chargée de campagne pour les Amis de la Terre Europe ajoute : «  Dans un monde où les ressources sont limitées, nous devons nous interroger sur le lien entre utilisation des ressources naturelles, croissance économique et prospérité de nos sociétés. Il est urgent que l’Union européenne et ses États membres établissent un cadre pour mesurer et inciter à diminuer la consommation de ressources naturelles et d’énergie. Cela signifie notamment de se concentrer sur la qualité de vie et la réduction des inégalités plutôt que d’encourager la course à la surconsommation  ».

Contact presse : Caroline Prak – 06 86 41 53 43 – 01 48 51 18 96

Note :

A l’occasion de la Semaine de la solidarité internationale, les Amis de la Terre-France accueillent quatre intervenants du Cameroun, du Togo, du Chili et du Brésil pour témoigner des impacts environnementaux et sociaux de nos habitudes de consommation dans les pays du Sud.

Ils participeront à de nombreuses conférences dans les groupes locaux du réseau des Amis de la Terre et aux événements organisés par le réseau « Une seule planète » du 17 au 20 novembre 2011 à Mains d’ ?uvres (espace culturel et social à Saint-Ouen) afin de sensibiliser les citoyens aux enjeux d’une gestion durable et équitable des ressources naturelles.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de RedUse www.reduse.org/fr

Le contenu de la présente publication relève de la seule responsabilité de Global 2000, du SERI et des Amis de la Terre, et ne pourrait, en aucun cas, être considéré comme reflétant de l’avis de l’Union européenne.

Rédigé le