Ressources et médias

Rester informé


Campagne

Sables bitumineux, toujours plus loin, toujours plus sale !

Les Amis de la Terre ont lancé la campagne « Sables bitumineux, toujours plus loin, toujours plus sale ! » pour alerter sur les impacts sociaux et environnementaux dramatiques de l’exploitation de plus en plus intensive des sables bitumineux.

Voir aussi la campagne spécifique : "Sables bitumineux : halte au pouvoir des lobbies !"

Les sables bitumineux sont un mélange de sable, d’argile et d’eau saturé en bitume. Ce pétrole sous forme solide se trouve principalement au Canada, mais aussi dans plusieurs pays africains, dont le Congo-Brazzaville et Madagascar.

La multinationale française TOTAL, malgré son discours officiel sur le développement durable et les énergies renouvelables, investit massivement (2,5 milliards de dollars) dans les sables bitumineux (contre 250 millions d’euros pour les énergies renouvelables). Son PDG, M. de Margerie le confirmait en personne : pour lui, les sables bitumineux sont « un élément majeur de la stratégie [de Total] ».

Les pollutions locales
Les régions où les sables bitumineux sont exploités sont polluées par les rejets de produits toxiques avec un taux de cancer élevé, des pluies acides et une pollution des eaux souterraines et superficielles. Par ailleurs, l’extraction minière des sables bitumineux détruit la forêt boréale, les tourbières, les zones humides, les rivières et la biodiversité.

Les sables bitumineux et les communautés locales
Les peuples premiers qui vivent dans les régions d’exploitation des sables bitumineux au Canada ont été contraints de changer radicalement de mode de vie. Ils ne peuvent plus pêcher car les poissons sont contaminés. Ils ne sont plus auto-suffisants et doivent maintenant acheter leur nourriture à des prix très élevés car il s’agit de produits qui arrivent le plus souvent par avion. Ils vivent donc pour beaucoup dans une grande pauvreté et en ayant perdu leur culture. De la même manière, à Madagascar, les projets d’exploitation de sables bitumineux menacent d’accaparer des terres de pâturage et de priver les communautés locales de leurs moyens de subsistance, pourtant déjà très réduits. Là-bas et dans d’autres pays du Sud, les pétroliers comptent profiter de la faiblesse du gouvernement et du cadre législatif.

Les sables bitumineux et le climat
Les techniques d’extraction des sables bitumineux requièrent davantage d’énergie que pour le pétrole conventionnel, du fait de l’extraction et de la transformation du bitume en un pétrole brut de synthèse. L’extraction des sables bitumineux rejette de 3 à 5 fois plus de gaz à effet de serre (GES) que pour les hydrocarbures conventionnels. Les émissions de GES par habitant ont augmenté de 26 % au Canada en 2005 par rapport à 1990 et ont dépassé celles des États-Unis.

Les Amis de la Terre demandent que TOTAL se désengage de l’exploitation des sables bitumineux, et que :

les droits des populations locales impactées par l’exploitation des sables bitumineux soient respectés, notamment les droits issus des traités historiques, la Déclaration sur les Droits des peuples autochtones de l’ONU et la convention 169 de l’OIT, imposant la notion de consentement préalable et informé des communautés autochtones quant à toute activité sur leur territoire.

• l’Union Européenne distingue les hydrocarbures en provenance des sables bitumineux et d’autres sources de carburants polluantes dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive sur la Qualité des Carburants. Les Amis de la Terre ont d’ailleurs lancé une campagne spécifique : "Sables bitumineux : halte au pouvoir des lobbies !"

• le gouvernement français adopte une législation reconnaissant la responsabilité juridique des maisons mères des multinationales vis-à-vis de leurs filiales, pour que les multinationales françaises soient enfin tenues responsables pour les violations des droits de l’Homme et de l’environnement qu’elles commettent dans le monde entier, notamment dans les pays du Sud où la législation est moins exigeante et/ou non respectée.

• les établissements financiers cessent leurs financements et investissements dans les sables bitumineux.


Contact : Juliette Renaud, chargée de campagne sur les Industries extractives
+33 9 72 43 92 61 - juliette.renaud@amisdelaterre.org


Pour en savoir plus sur les impacts de l’exploitation des sables bitumineux, consultez les publications des Amis de la Terre sur le sujet :
Madagascar : nouvel eldorado des compagnies minières et pétrolières, rapport, novembre 2012. Also available in English.

Sables bitumineux : jusqu’au bout de la Terre, film documentaire, 2012. Also available in English.

Emprisonner l’avenir : le pétrole non conventionnel en Afrique, rapport, novembre 2011. Also available in English.

Pétrole marginal : qu’est-ce qui emmène les compagnies pétrolières toujours plus loin et plus sale ?, rapport, mai 2011 (en anglais seulement).

Impacts sociaux et environnementaux de l’exploitation des sables bitumineux : les cas du Canada et de Madagascar, note de synthèse, mai 2011.

Sables bitumineux : impacts sur les peuples, le climat, et l’environnement - Du Canada à l’Afrique, fiche explicative, février 2011. Also available in English.

Les sables bitumineux alimentent la crise climatique, sapent la sécurité énergétique de l’UE et nuisent aux objectifs de développement, rapport, mai 2010. Also available in English.

Une partie de cette campagne est réalisée avec le soutien financier de la Commission européenne. Le contenu de ces pages relève de la seule responsabilité des Amis de la Terre France et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union Européenne.


Je suis concerné-e, je soutiens la campagne ! Pour poursuivre nos actions, nous avons besoin de vous ! Agissez en faisant un don ou en adhérant. Merci !




IMPORTANT : 66 % de votre don aux Amis de la Terre est déductible de vos impôts, dans la limite de 20 % du revenu imposable.
Un reçu fiscal est adressé à tous les adhérents au cours du premier trimestre de l’année suivant l’adhésion et/ou le don.

Rédigé le