Ressources et médias

Rester informé


Transition écologique : les mesures de rupture indispensables pour faire face à l’urgence climatique et énergétique !

Bordeaux, le 4 juillet 2013,

Alors que se termine dans la confusion la période de consultation publique du « débat » national sur la transition énergétique, les Amis de la Terre Gironde publient un document présentant leurs principales revendications en matière de « climat – énergie ».

Cette publication est l’occasion de rappeler l’importance fondamentale de la question énergétique dans le fonctionnement de nos sociétés et alerter sur la gravité de la situation actuelle : raréfaction des ressources, périls écologiques (changement climatique) et sociaux (précarité énergétique), risques sanitaires (nucléaire, pollutions), facture énergétique colossale, etc. Si la trajectoire mondiale des rejets de gaz à effet de serre est maintenue, l’augmentation de la température moyenne sera de 5,3°C (1), ce qui est loin de l’objectif de rester en deçà d’une élévation de + 2°C, seuil défini par la communauté internationale pour éviter un changement dangereux et irréversible du système climatique.

Le diagnostic est donc préoccupant, l’urgence à agir bien réelle et la politique des petits pas n’est plus concevable aujourd’hui. C’est pourquoi les Amis de la Terre Gironde considèrent que pour transformer le système énergétique, il est impératif de s’engager dès maintenant sur des objectifs et mesures de rupture basés sur trois piliers : sobriété, efficacité, renouvelables.

Pour laisser place à une société 100 % renouvelable, il est essentiel d’abandonner les énergies fossiles avant 2050 et de laisser les gaz et huiles de schiste dans le sous sol. La décision politique immédiate de sortir du nucléaire avec la fermeture prioritaire des réacteurs les plus anciens et plus dangereux (dont ceux de la centrale du Blayais) est également prioritaire. L’obligation de rénovation du parc de bâtiments existants doit être instaurée. Une fiscalité écologique ambitieuse doit être adoptée avec notamment l’arrêt immédiat des subventions à la pollution et la mise en œuvre d’une contribution climat énergie.

Plus généralement, il est nécessaire de mettre fin à tous les grands projets inutiles notamment l’aéroport de Notre Dame des Landes (mais aussi le projet GPSO des deux LGV Bordeaux - Espagne et Bordeaux – Toulouse).

Les Amis de la Terre Gironde estiment qu’il est primordial de placer les territoires au cœur de la transition énergétique. Les bassins de vie doivent être un niveau fondamental pour répondre aux enjeux. Il s’agit aussi de relocaliser les activités et favoriser les circuits courts, une agriculture locale respectueuse de l’environnement ainsi qu’une alimentation saine et moins carnée. Il est impératif de promouvoir massivement les transports collectifs de proximité et les modes de transport actifs (vélo, marche), d’instaurer la baisse des vitesses sur les routes et de généraliser les zones 30 en ville.

Concernant les modes de consommation, il est indispensable de réduire significativement les déchets, lutter contre l’obsolescence programmée, supprimer les publicités énergivores et de soutenir le savoir-faire soi même ainsi que le secteur de la réparation.

Pour les Amis de la Terre Gironde, débattre sur l’énergie doit amener à repenser un projet de société sur la base d’un renouveau démocratique, celui d’une société soutenable plus sobre, plus sûre et plus juste(2). Avec à la clé, un potentiel de création nette de 220 000 à 330 000 emplois en 2020 et de 570 000 à 820 000 en 2030 par rapport à un scénario tendanciel(3).

Si le « débat » national décidé à l’automne dernier représente une occasion de diffuser cette publication, les Amis de la Terre Gironde ont décidé de ne pas respecter la méthode de travail proposé par le Ministère de l’écologie. Le « débat » national a en effet écarté de nombreux sujets essentiels (l’alimentation, la finance ou encore la publicité) et oblige ses participants à une vision étroite et biaisée des enjeux. Les Amis de la Terre Gironde considèrent que, tout comme les aspects écologiques, la dimension sociale (emplois, équité, précarité énergétique) doit être une composante majeure des choix en matière d’énergie, ce qui n’apparaît à aucun moment dans les questions posées par le Ministère(4). Enfin, il semble problématique, voire insensé de n’accorder qu’une place réduite à la dimension internationale de notre politique énergétique, tant les enjeux nationaux, européens et internationaux sont liés.

Autre travers dans le processus du « débat », des orientations ou décisions d’importance ont été prises ailleurs ou avant même que les conclusions n’aient été délivrées, ce qui est pour le moins aberrant : plan d’investissements pour le logement en mars 2013, loi Brottes(5), mesures sur les énergies renouvelables, investissements d’avenir, commission mobilité 21, etc. C’est d’ailleurs en partie pour ces raisons que la Fédération nationale des Amis de la Terre a refusé de participer au débat national(6).

Enfin, force est de constater que le débat sur la transition énergétique est très peu audible et qu’en matière d’écologie, les décisions ou orientations prises jusqu’à maintenant sont très insuffisantes, certaines allant même à contre sens : discours ambigus sur les gaz et huiles de schiste, autorisation de la circulation des poids lourds de 44 tonnes, entêtement sur le projet d’aéroport Notre Dame des Landes, budget du Ministère de l’écologie raboté, report probable de toute fiscalité écologique ambitieuse, soutien de l’Etat en faveur de la filière nucléaire auprès de la Banque publique d’investissement, etc.

Plus d’un an après l’élection de François Hollande, les Amis de la Terre Gironde constatent que le bilan écologique du gouvernement est très loin de l’« excellence environnementale » pourtant promise lors de la conférence environnementale de septembre 2013.

« L’enjeu climat – énergie : état des lieux et recommandations des Amis de la Terre Gironde » - Juillet 2013 – 34 pages – Téléchargeable ici : http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/doc_e_nergie_atg-juillet_2013.pdf

Contact presse : Les Amis de la Terre Gironde – Olivier Louchard - Téléphone : 06.26.40.07.74

Les Amis de la Terre Gironde est un nouveau groupe local de la fédération nationale Amis de la Terre(7), qui elle même fait partie du grand réseau écologiste mondial, Friends of the Earth International. L’objet de l’association est d’agir en faveur de la justice sociale et environnementale et d’engager ou soutenir toute démarche de transition vers des sociétés soutenables.

1 Voir le récent rapport de l’Agence Internationale de l’Energie : www.worldenergyoutlook.org/energyclimatemap

2 Voir : www.amisdelaterre.org/notrevision.html

3 Voir l’étude de Philippe Quirion, chercheur en économie : www.negawatt.org/telechargement/Etude%20eco//Etude_P.Quirion_Emplois%20et%20scenario%20negaWatt_28-03-2013.pdf

4 Voir : http://www.transition-energetique.gouv.fr/debat/themes-0

5 Loi n° 2013-312 du 15 avril 2013 visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre et portant diverses dispositions sur la tarification de l’eau et sur les éoliennes

6 Voir : www.amisdelaterre.org/Transition-energetique-les-Amis-de.html

7 Voir : www.amisdelaterre.org

Les Amis de la Terre Gironde Maison de la Nature et de l’Environnement - 5 rue de Tauzia 33 800 Bordeaux Courriel : gironde@amisdelaterre.org / tél : 06.62.64.64.26 Site Internet : www.amisdelaterre.org/gironde

Rédigé le