Les Amis de la Terre révèlent les dessous de la high-tech

Paris, le 11 décembre 2012 - A quelques semaines de Noël, 9,5 millions de produits high-tech s’apprêtent à être vendus en France [1] : appareils photos, consoles de jeux et bien évidemment, smartphones. Ces objets sont devenus indissociables de notre quotidien mais que savons-nous d’eux ? Leurs impacts, de la chaîne de production à la mise en décharge sont souvent passés sous silence, et pour cause, ils sont catastrophiques, comme l’explique le site www.dessousdelahightech.org des Amis de la Terre.

Les performances environnementales des produits high-tech s’affichent désormais dans les boutiques ou sur les sites Internet. Signe d’une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux ? Pas vraiment si l’on observe les derniers smartphones commercialisés par deux géants du secteur, Apple et Samsung [2]. La production de l’iPhone 5 émet ainsi 36 % de gaz à effet de serre de plus que celle de l’iPhone 4S [3], commercialisé un an plus tôt.

Surtout, lors de la production, les conséquences de l’exploitation minière dans les pays du Sud où sont extraits les métaux utilisés pour les smartphones (étain en Indonésie, terres rares en Chine), les destructions environnementales ou pollutions ainsi que les rythmes de travail imposés aux ouvriers des usines d’assemblage sont souvent passés sous silence.

Des impacts qui s’aggravent avec le rythme soutenu de renouvellement de ces produits et la consommation de masse qui y est liée : il se vend depuis 10 ans près de 20 millions de téléphones par an en France. La surconsommation liée à l’innovation et aux stratégies publicitaires a contribué à créer une véritable obsolescence programmée et commerciale [4]. En effet, les constructeurs n’informent pas sur le meilleur moyen de réduire l’impact de ces consommations comme allonger la durée de vie des produits [5]. Pire, constructeurs et opérateurs usent de tous les stratagèmes pour réduire la durée de vie de leurs produits.

Pour Camille Lecomte, chargé de campagne Modes de production et de consommation responsables aux Amis de la Terre France : « Certaines pratiques ont été encadrées mais pour doper leurs ventes, des opérateurs et constructeurs de produits high-tech continuent de les détourner malgré les accords volontaires [6] et les directives européennes : les chargeurs universels peinent à voir le jour alors que les batteries intégrées, théoriquement interdites [7], foisonnent. Alors qu’il est urgent de réduire l’impact de nos consommations, le renouvellement de nos biens de consommation, notamment dans le secteur des télécom, est de plus en plus fréquent. Un ordinateur portable est actuellement renouvelé tous les 3 à 4 ans et un téléphone tous les 18 mois. »

Les Amis de la Terre demandent aux pouvoirs publics de lutter contre l’obsolescence programmée des biens en promulguant une loi qui créé un délit d’obsolescence programmée, allonge la durée de garantie légale de 2 à 10 ans et donne des informations substantielles au consommateur quant aux possibilités de réparation (durée de disponibilité des pièces détachées, informations sur le caractère réparable des produits, etc.).

Les citoyens sont aussi appelés à interpeller leurs élus (députés, sénateurs) pour que cette loi ait le plus de chance d’aboutir.

Contact presse : Caroline Prak – 06 86 41 53 43 – 01 48 51 18 96

IMPORTANT-
Découvrez à partir du 11 décembre le nouveau site des Amis de la Terre www.dessousdelahightech.org
Télécharger l’étude des Amis de la Terre sur le secteur la high-tech : http://www.amisdelaterre.org/nouveau-rapport-Obsolescence-des.html

NOTES :
[1] Selon une étude de l’institut GfK, 9,5 millions de produits high-tech devraient être vendus à Noël dont 2,2 millions de smartphones.
[2] Comparatif des émissions de gaz à effet de serre réalisé à partir des données de l’affichage environnemental d’Orange : http://orange-en-france.orange.fr/Developpement_durable/etiquetage_ecologique.html
[3] Comparatif des émissions de gaz à effet de serre réalisé à partir des données disponibles sur le site d’Apple : Pour l’iPhone 5 : http://images.apple.com/euro/environment/reports/docs/iPhone5_product_environmental_report_sept2012.pdf Pour l’iPhone 4S : http://images.apple.com/euro/environment/reports/docs/iPhone4S_product_environmental_report_sept2012.pdf
[4] Lire à ce propos l’étude des Amis de la Terre « L’obsolescence commerciale ou comment les marques créent l’obsolescence avant l’heure » Et « L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage – le cas des produits high tech » : www.amisdelaterre.org/obsolescence
[5] ADEME, Analyse de cycle de vie d’un téléphone portable, synthèse 2008. http://www.ademe.fr/internet/telephone-portable/Site-web/portable.pdf http://www.ademe.fr/internet/telephone-portable/Site-web/index.html WWF, Guide pour un système d’information éco-responsable, 2011, 24 p. www.eco-info.org/IMG/pdf/WWF_GUIDE_NTIC_simple.pdf
[6] En 2009, la Commission européenne a annoncé un chargeur universel pour « réduire les pollutions liées à ces équipements et de simplifier la vie des utilisateurs. » Cette annonce faisait suite à la signature d’un accord volontaire de 17 constructeurs qui s’engageaient à commercialiser des téléphones mobiles compatibles avec ce chargeur universel. Mise en œuvre dès 2010, cette mesure devait être généralisée en 2012. 100 000 tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques sont dus à l’absence de chargeur universel.
[7] Directive 2006/66/CE du 6 septembre 2006 relative aux piles et accumulateurs ainsi qu’aux déchets de piles et d’accumulateurs et abrogeant la directive 91/157/CEE. « Article 11 : Extraction des déchets de piles et accumulateurs Les États membres veillent à ce que les fabricants conçoivent les appareils de manière à ce que les piles et accumulateurs usagés puissent être aisément enlevés. Tous les appareils auxquels des piles ou accumulateurs sont incorporés sont accompagnés d’instructions indiquant comment enlever ceux-ci sans risque et, le cas échéant, informant l’utilisateur du contenu des piles ou accumulateurs incorporés. Les présentes dispositions ne s’appliquent pas lorsque, pour des raisons de sécurité ou de fonctionnement, des raisons médicales ou d’intégrité des données, le fonctionnement continu est indispensable et requiert une connexion permanente entre l’appareil et la pile ou accumulateur. ». http://europa.eu/legislation_summaries/environment/waste_management/l21202_fr.htm

Rédigé le