Rester informé


Assemblées générales des assureurs : SCOR & Covéa nous assurent un monde à +4°C

Mercredi 24 avril, Paris - Alors que la période des assemblées générales des acteurs de la place de Paris s’ouvre cette semaine avec celles d’AXA mercredi 24 avril et de SCOR vendredi 26 avril, les Amis de la Terre France reviennent dans une note de presse sur le retard de SCOR et de Covéa par rapport à leurs pairs nationaux et européens en matière climatique et appellent les assureurs à s’aligner sur une trajectoire de sortie du secteur du charbon.

Intitulée “SCOR & Covéa : l’assurance d’un monde à +4°C” (1), la note de presse publiée par les Amis de la Terre France dans le cadre de la campagne internationale Unfriend Coal, montre que les deux acteurs opposés depuis des mois au sein d’un conflit d’une violence inédite sont étrangement aussi les moins bons élèves du secteur en matière climatique.

Lucie Pinson, référente de la campagne Finance privée des Amis de la Terre France et coordinatrice de la campagne Unfriend Coal, commente :

“Face aux menaces que fait peser la hausse de la température du globe sur la survie de millions de personnes, il est urgent que SCOR et Covéa referment la querelle qui les oppose et s’attellent enfin à l’atténuation de leur responsabilité dans l’accélération du dérèglement climatique”.

Quand Covéa refuse de suivre l’exemple de dizaines d’autres acteurs financiers et d’adopter une politique publique de désinvestissement du secteur du charbon (2) SCOR demeure le dernier (ré)assureur européen à ne pas s’être engagé à ne plus couvrir les risques liés aux nouvelles centrales à charbon. Seules les centrales au lignite sont exclues des contrats d’assurance facultative du quatrième réassureur mondial.

“Les grands assureurs européens dont AXA et les trois plus gros réassureurs mondiaux, Swiss Re, Munich Re et Hannover Re reconnaissent tous que la distinction entre le lignite et le charbon n’a pu lieu d’être. D’un point de vue climatique, toute nouvelle centrale au charbon, quel que soit le type de charbon brûlé, constitue une entrave à l’atteinte des objectifs de 1,5°C ou même 2°C inscrits dans l’Accord de Paris. Alors que 22 banques internationales ont aussi mis un terme à leurs financements de projets aux nouvelles centrales à charbon, SCOR est le dernier grand acteur français à soutenir directement ce type de projet”.

SCOR appelait lui-même dans un de ses rapports au désengagement du secteur du charbon (3) : “son refus à s’appliquer à lui-même ce qu’il recommande aux autres ne reflète qu’une approche court-termiste faisant primer la maximisation des profits sur la gestion des risques de plus long terme”.

AXA tiendra également son assemblée générale ce mercredi 24 et la note dresse dans ses grandes lignes les priorités que le géant de l’assurance devrait se donner pour les prochains mois. “S’il faut reconnaître la posture volontariste et pro-active d’AXA comparé à d’autres acteurs du secteur en matière climatique, on peut déplorer son manque de rigueur et de cohérence : d’une part, ses politiques de désinvestissement ne sont toujours pas appliquées aux actifs gérés pour des tiers (4). D’autre part, AXA peut toujours, en contradiction avec ses nombreuses positions publiques contre le développement de nouvelles centrales à charbon, investir dans des entreprises qui ensemble prévoient autant de nouvelle capacité charbon que celles de l’Inde et de l’Afrique du Sud réunis (5)”.

La note se termine par un appel à AXA, SCOR, Covéa et aux autres assureurs à s’engager à aligner leurs activités avec une trajectoire 1,5 °C et en conséquence à réduire à zéro leur exposition au secteur du charbon d’ici 2030 dans les pays européens et de l’OCDE et d’ici 2040 dans les autres pays.

Contact :
Lucie Pinson, 06 79 54 37 15, lucie.pinson@amisdelaterre.org ; lucie@sunriseproject.org.au

Lucie Pinson sera présente pour les Amis de la Terre et la campagne Unfriend Coal aux Assemblées générale d’AXA et de SCOR. Pour en savoir plus sur les questions qui seront posées au conseil d’administration des deux assureurs et en connaître les réponses, contactez Lucie Pinson.

En savoir +

(1) La note est téléchargeable ici : https://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/notedepresse_scor_covea.pdf

(2) En décembre 2017 prendre “acte de la volonté de ses membres de ne plus investir dans les entreprises qui ne renonceraient pas à leur plan de développement de nouvelles centrales à charbon”. AXA, Groupama, AG2R La Mondiale, CNP Assurances, Macif, Maif et SCOR, ainsi que BNP Paribas Cardif, ont depuis donné suite à cette déclaration en adoptant une politique sur le charbon ou en renforçant leur politique existante en y ajoutant une exclusion des entreprises prévoyant la construction de nouvelles centrales à charbon.

(3) https://www.scor.com/sites/default/files/sp42-air_pollution.pdf

(4) Par exemple, AXA IM a investi en 2018 33 millions de dollars d’investissements dans des entreprises qui dépassent pourtant le seuil d’exclusion de 50% adopté en 2015. C’est le cas par exemple de l’entreprise allemande RWE dans laquelle AXA IM détenait encore en 2018 plus de 21 millions de dollars d’investissements.

(5) AXA n’a pas désinvesti de l’ensemble des entreprises qui développent de nouvelles centrales, mais uniquement des entreprises prévoyant plus de 3 GW de nouvelles capacités charbon. Les entreprises non couvertes pas ce seuil prévoient ensemble 261 GW de nouvelles capacités charbon, soit 44% du pipeline mondial.

Rédigé le