Ressources et médias

Rester informé


La France soutiendra-t-elle la fin du soutien aux énergies fossiles de la banque européenne d’investissement ?

Paris, le 27 juillet 2019 - La banque européenne d’investissement (BEI), la plus grande banque multilatérale mondiale, a publié une première version de sa nouvelle politique de prêt dans le domaine de l’énergie, qui doit être discutée avec les Etats actionnaires début septembre. [1] Dans sa version actuelle, la banque propose notamment de mettre un terme à ses soutiens aux énergies fossiles d’ici fin 2020. Entre 2015 et 2018, cela représentait 7,9 milliards d’euros. La France, dont la position est ambiguë sur la question, soutiendra-t-elle ce texte ou se rangera-t-elle du côté des lobbys gaziers ?

En plein épisode caniculaire en Europe, le bras armé financier de l’Union Européenne a publié une proposition pour sa nouvelle politique énergie en cours de révision. La banque propose de mettre la priorité sur l’efficacité énergétique et la décarbonation de l’approvisionnement énergétique en Europe, en mettant fin au financement de tout projet d’énergie fossile d’ici fin 2020. Il s’agirait d’un grand pas en avant, nécessaire pour aligner les activités de la banque avec les objectifs de l’Accord de Paris, comme elle s’y est engagée. Un rapport publié par les Amis de la Terre, Oxfam et le Réseau Action Climat démontre en effet que la banque publique est aujourd’hui encore loin d’avoir mis en oeuvre cet engagement.[2] Entre 2015 et 2018, la BEI a consacré 21% de ses prêts dans le secteur de l’énergie aux fossiles, soit 7,9 milliards d’euros, principalement dans le développement de nouvelles infrastructures gazières en Europe. Elle avait notamment été sévèrement critiquée dernièrement pour avoir aidé le financement du gazoduc transadriatique à hauteur de 1,5 milliard d’euros.

Depuis des années, la société civile fait pression pour que la banque désinvestisse des énergies fossiles. [3] Le 6 juin, plus de 70 personnes venues de toute l’Europe avaient occupé l’entrée de l’établissement pour relayer ces demandes. [4] Pour Clémence Dubois, porte-parole pour 350.org : “Cette proposition est le résultat de la pression croissante des citoyens européens qui se sont mobilisés pour exiger que la BEI ne se serve plus de notre argent pour financer le développement de projets d’énergie fossile en Europe et ailleurs dans le monde. Cette nouvelle redouble notre détermination. Des actions s’organisent en France et à travers l’Europe pour que les ministres des Finances des États membres prennent des décisions conformes aux objectifs nationaux et internationaux.”

Si le texte est une bonne base de négociation, certaines failles méritent d’être corrigées pour s’assurer que la BEI ne continue pas à financer l’industrie fossile de manière détournée, notamment à travers les financements indirects et le soutien à différentes formes de “gaz décarboné”. Par ailleurs, le texte risque fortement d’être détricoté par les Etats membres de l’Union européenne en Conseil d’administration. La France jouera un rôle clé dans ces négociations. Or, la position initiale de la France transmise à la BEI lors de la phase de consultation restait très floue sur la question du gaz fossile.[5] « Ce gouvernement est-il sincère lorsqu’il dit vouloir transformer la BEI en banque européenne du climat ? Si oui, il doit soutenir publiquement la fin du soutien aux énergies fossiles de la banque publique. Ce sera le crash test. Nous attendons des réponses claires de la part de Bruno Le Maire sur cette question. » déclare Cécile Marchand, chargée de campagne climat et acteurs publics aux Amis de la Terre.

Ce nouvel été expose toujours plus de populations à travers la planète aux conséquences de la crise climatique. Nous nous élevons pour dénoncer le principal coupable, l’industrie fossile en perturbant ses soutiens financiers et politiques. Nous sommes plein d’espoir et de détermination et nous ne laisserons pas Bruno Le Maire et nos décideurs s’opposer aux solutions concrètes qui peuvent nous permettre de construire un futur possible et juste.” ajoute Pierrick Jalby du mouvement Zéro Fossile.

Rédigé le