Ressources et médias

Rester informé


Règlement local de publicité intercommunal : avant le 15 juin

Le RLPi (Règlement local de publicité intercommunal) va encadrer la pub dans nos rues pour les années à venir. Ceci concerne l’intercommunalité Vallée sud Grand Paris (11 communes d’Antony à Montrouge). Une consultation est en cours : les Amis de la Terre Val de Bièvre demandent aux élus de prendre en compte les importantes conséquences écologiques, sanitaires et sociales de l’excès d’affichage publicitaire dans l’espace public.

L’adresse de la consultation est difficile à trouver mais la voici https://www.valleesud.fr/fr/actualites/consultation-publique-autour-du-rlpi. Si vous voulez réagir contre l’envahissement par la pub, envoyez un message : concertationrlpi@valleesud.fr. Les effets induits par la pub sont multiples :

  1. Écologiques, surtout pour les affichages vidéo et lumineux, en générant notamment une pollution lumineuse, nuisant à la biodiversité et à l’équilibre des écosystèmes, à l’heure où le rapport de l’IPBES rappelle la nécessité d’agir sur tous les plans possibles afin de limiter l’extinction de masse qui est en cours(1)(2). Ce type de publicité consomme également 7 fois plus d’électricité que les mobiliers non énergivores, entraînant un coût aussi bien économique qu’écologique(3). S’y ajoute l’énergie et les minéraux nécessaires pour produire ces écrans panneaux lumineux. Et quand ils arriveront en fin de vie, ce seront des déchets électroniques beaucoup plus difficiles à traiter qu’une affiche papier...
  2. Sanitaires avec encore une fois un fort impact de la pollution lumineuse sur la santé humaine, et les troubles du sommeil1
  3. Sociaux avec l’influence qu’exerce sur le cerveau l’omniprésence de la publicité, ne respectant pas la liberté du citoyen puisqu’il y est soumis qu’il l’ait choisi ou non et, pour les panneaux du type mobiliser urbain sur trottoir, gênant la circulation des piétons et des personnes à mobilité réduite.

Nous demandons, dans le cadre de l’élaboration du RLPi,

  1. d’interdire totalement les espaces publicitaires vidéo, lumineux et mécaniques (comme le rappelle le collectif Résistance à l’Agression Publicitaire, cela est juridiquement possible),
  2. de limiter la taille et la densité des mobiliers publicitaires analogiques aux conditions les plus restrictives existantes : en particulier interdiction des panneaux de 3x4m ou 8m2
  3. de limiter la publicité sur trottoir aux supports ayant une utilité par ailleurs,
  4. et de ne pas déroger à l’interdiction de publicité dans les lieux protégés quelle que soit « l’exception ».

(1) Challeat, S. (2009). La pollution lumineuse : passer de la définition d’un probleme a sa prise en compte technique. Eclairer La Ville Autrement. Innovations et Expérimentations En Éclairage Public, 183–197.

(2) Le Hir, Pierre « Biodiversité : une espèce sur huit, animale et végétale, risque de disparaître à brève échéance », 05/05/2019, https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/05/06/un-million-d-especes-en-danger-d-extinction_5458785_3244.html

(3) Verdeau, Paul « Environnement : l’éclairage d’un panneau publicitaire équivaut-il à "la consommation de 3 ménages" ? », 01/02/2019, https://www.rtbf.be/info/societe/detail_environnement-l-eclairage-d-un-panneau-publicitaire-equivaut-il-a-la-consommation-de-3-menages?id=10133184

(4) https://ncloud.zaclys.com/index.php/s/oTkcQqjKbwyayzS#pdfviewer

Rédigé le