Ressources et médias

Rester informé


Stop à l’huile de palme dans nos carburants

Ce samedi matin, deux stations-service Total de Dijon ont reçu la visite d’une vingtaine de citoyens et d’un orang-outan. Leur mission : informer les automobilistes sur la présence d’huile de palme dans les carburants et leur proposer d’interpeller la Commission Européenne, qui doit prendre une décision début février sur l’avenir de ce “biocarburant” très controversé.

Comme dans 23 villes de France, des citoyen.ne.s, membres des Amis de la Terre, de Greenpeace, d’ATTAC, Vigilance OGM mais aussi Gilets Jaunes, se sont mobilisé.e.s ce samedi 12 janvier pour demander à l’Europe de retirer l’huile de palme de sa liste de « biocarburants ». 75% de l’huile de palme que nous consommons en France sert à faire rouler nos voitures ! Cette demande, en forte hausse, à un impact direct sur l’extension des plantations de palmier à huile, cause d’une déforestation majeure en Asie du Sud-Est notamment. Un carburant à base d’huile de palme a ainsi un impact sur le climat trois fois pire que le gazole.

En juin 2018, l’Europe a adopté une loi pour mettre un terme à l’incorporation dans les carburants de matières premières qui sont à “haut risque” pour le climat, comme l’huile de palme et le soja. Cette loi propose de plafonner puis d’éliminer ces produits controversés et demande aux distributeurs de carburants davantage de transparence. La Commission Européenne doit entériner cette volonté par un acte délégué, attendu début février. Des pays producteurs, Indonésie et Malaisie, mais aussi le groupe Total sont en train de tout tenter pour que l’huile de palme échappe à cette loi. En effet, Total projette d’importer 550 000 tonnes d’huile de palme et dérivés, pour alimenter un projet de “bioraffinerie” à La Mède (Bouches-du-Rhône). Ce projet ferait exploser la demande d’huile de palme en Europe et donc la déforestation.

Début décembre 2018, l’Assemblée Nationale française à pris la décision de retirer d’huile de palme de la catégorie des « biocarburants », lui enlevant ainsi l’important avantage fiscal lié à cette catégorie. C’est maintenant au tour de la Commission Européenne de prendre une décision essentielle. Soit elle scelle la volonté d’éliminer l’huile de palme des carburants dans l’ensemble des pays européens. Soit au contraire, elle ouvre la voie à des dérogations et à une contestation de la décision des parlementaires français.

Stéphane Dupas, porte-parole des Amis de la Terre Côte d’Or, conclut : “Remplacer les carburants fossiles par de l’huile de palme est l’une des pires idées qui existe pour le climat. La Commission Européenne doit mettre fin à cette fausse solution et prendre une décision ferme et sans échappatoire pour les industriels comme Total”. Cette action, organisée par Canopée Forêts Vivantes, les Amis de la Terre France et ANV- COP21, s’inscrit dans le cadre d’une journée nationale de mobilisation, avec des actions prévues dans 23 villes en France. Un campagne européenne est par ailleurs coordonnée dans 15 pays.

Pétition https://actions.sumofus.org/a/pas-d-huile-de-palme-dans-nos-reservoirs

Rédigé le