engrais de synthèse
Agriculture
2 avril 2020

Coronavirus et pollution de l’air ne font pas bon ménage

Le ralentissement des activités dans le monde entier a entraîné une baisse de nombreux polluants. Tous? Non. Les particules fines, qui pénètrent facilement dans nos poumons, ont connu un pic ces derniers jours en France. Comme chaque année à cette période, les engrais utilisés dans l'agriculture contribuent à cette situation inquiétante.

L’ammoniac, précurseur de particules fines

Malgré le confinement, la qualité de l’air a connu ces derniers jours des pics de pollution aux particules fines dans certaines régions françaises comme l’Ile-de-France ou encore la Bretagne. Ces particules fines sont le résultat d’une réaction entre des particules primaires et des composés gazeux comme l’ammoniac. Lorsque l’ammoniac réagit avec des oxydes d’azote se forment des nitrates et des sulfates d’ammonium, des types de particules fines particulièrement observés lors de ce pic par les organismes de surveillance de la qualité de l’air. Les engrais azotés de synthèse utilisés dans l’agriculture et les effluents de l’élevage (lisier, digestat, fumier) sont les premières sources d’émissions d’ammoniac en France.

En 2017, l’agriculture représentait 94 % des émissions d’ammoniac en 2017 1.

Une aggravation des risques sanitaires

Plus fines que les particules primaires, les particules secondaires sont plus nocives pour la santé et les milieux naturels. Asthme, maladies respiratoires, allergies mais aussi accidents cardiovasculaires sont des effets identifiés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En plus de fragiliser notre système immunitaire, les particules fines pourraient en outre permettre une plus grande diffusion des agents pathogènes, incluant le coronavirus d’après une étude italienne 2.

Face au risque d’aggravation de l’épidémie du covid-19 que génère la pollution aux particules fines, des professionnels de la santé ont demandé expressément à l’État français de limiter drastiquement les épandages d’engrais dans l’agriculture.

Pétition

Pour lutter contre la pollution de l’air et la propagation du coronavirus, nous soutenons l’appel fait au gouvernement français pour stopper les épandages agricoles.

Penser le jour d’après

Au-delà des mesures d’urgence sanitaire, les Amis de la Terre soutiennent un projet de transformation du système agricole pour sortir d’une agriculture industrielle qui a spécialisé nos territoires au détriment du bien-être environnemental et d’emplois rémunérateurs favorisant l’installation de nombreux.ses paysan.ne.s. Il est urgent de sortir de notre dépendance aux engrais chimiques et repenser un élevage moins intensif reposant sur des systèmes herbagers.

à lire aussi
usine engrais
Agriculture

Engrais chimiques : destructions en tout discrétion