On aime !

Rester informé


Banques françaises, banques fossiles ?

Les Amis de la Terre publient aujourd’hui le rapport « Banques françaises, banques fossiles ? » qui, pour la première fois en France, évalue les émissions indirectes de gaz à effet de serre des banques françaises et met en évidence l’absence de politiques climatiques et énergétiques crédibles. Le rapport s’appuie sur les meilleures pratiques internationales et montre le retard criant des banques françaises auxquelles les Amis de la Terre font des recommandations précises. La publication du rapport est accompagnée par la sortie du guide éco-citoyen « Environnement : comment choisir ma banque ? », destiné au grand public. Découvrir le guide

Le rapport analyse les politiques climatiques et énergétiques des banques selon trois grands critères : l’existence d’une politique globale de lutte contre le changement climatique ; les financements et investissements ; les impacts directs climatiques et énergétiques.

Les dix banques étudiées sont les suivantes : groupe Banque Populaire, BNP-Paribas, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole, Crédit Coopératif, Crédit Mutuel-CIC, Dexia, HSBC, La Banque Postale, Société Générale.

Aucune banque n’a la moyenne. Les banques les "meilleures" sont le Crédit Coopératif et Dexia (4,3 à 4,5 sur 10), suivies du groupe Banque populaire (3,7 sur 10). Un groupe médian de 4 banques a une note faible entre 2 et 2,8 sur 10 (HSBC, Crédit Agricole, Caisses d’Epargne, BNP-Paribas). Enfin, la Société Générale (1,3 sur 10) et le Crédit Mutuel (0,5 sur 10) sont bons derniers. La Banque Postale n’est pas évaluée globalement mais seulement sur certains aspects spécifiques, car elle ne disposait pas au moment de l’étude de la capacité de faire des prêts aux entreprises et collectivités.

Sept éléments majeurs se dégagent : Les banques n’ont pas intégré les enjeux climatiques au coeur de leurs activités de financement et d’investissement. Aucune ne calcule ses émissions indirectes de CO2. Globalement, ces émissions sont 3,2 fois supérieurs aux émissions totales de la France en 2004 ; aucune banque n’a d’objectif de réduction de ses émissions indirectes, priorité majeure ; L’opacité demeure extrêmement préoccupante dans les financements octroyés au secteur énergétique ; La grande majorité des banques n’ont aucune politique de réduction des risques dans le financement des secteurs énergétiques sensibles (énergies fossiles, grands barrages, énergie nucléaire). BNP-Paribas, Crédit Agricole et Société Générale notamment sont pourtant lourdement impliqués dans ces secteurs, ainsi que dans des projets énergétiques controversés au niveau international ; Les financements consacrés aux énergies renouvelables demeurent très difficiles à calculer du fait de l’opacité des banques, varient de un à dix suivant les banques et sont en moyenne dix fois inférieurs aux financements pour les énergies non soutenables. Aucune des banques étudiées n’a d’objectif précis en matière de financement des renouvelables ; Les produits créés pour la lutte contre le changement climatique doivent désormais être mis en place et leur diffusion massifiée, avec des moyens à la hauteur des enjeux ; La formation spécifique aux enjeux énergétiques et climatiques demeure extrêmement insuffisante ; La réduction des impacts directs progresse mais reste faible, et ne doit en aucun cas être un prétexte pour différer les efforts nécessaires en matière de financement et d’investissement.

Téléchargez le rapport (217 p) ou sa synthèse ci-joint

En parallèle, les Amis de la Terre publient le guide "Environnement : comment choisir ma banque ?", premier guide ecocitoyen en France sur le secteur bancaire. Découvrir le guide

Sommaire du rapport : Remerciements Introduction I. Cadre de l’étude II. Evaluation des banques Enjeu 1. Politique globale de lutte contre le changement climatique Enjeu 2. Financements et investissements Enjeu 3. Impacts directs climatiques et énergétiques Analyse globale des enjeux III. A l’international, des financements massifs parfois controversés dans le secteur énergétique IV. Recommandations Conclusion Bibliographie Pour plus d’information Liste des annexes

En savoir plus sur les politiques climatiques et énergétiques des banques françaises

Rédigé le