1052273-manifestation-de-cyclistes-contre-la-pollution-paris-1972

Histoire

La fédération des Amis de la Terre France a été créée en 1970. A l’époque, une poignée de citoyen·ne·s prend conscience des impacts du modèle de société qui se propage et décident alors de s’engager pour faire bouger les lignes et changer le système. Découvrez 50 ans d’histoire et de combats.

50 ans de victoires et de combats

C’est dans le bouillonnement de la fin des années 1960 que les trois premiers groupes Amis de la Terre sont créés en France, en Angleterre et aux États-Unis. L’association a tout de suite eu à coeur de prendre position sur les grands sujets de société et de définir ce pouvait être l’écologie. Les Amis de la Terre France participent alors à la fondation du mouvement écologiste français et à la formation du premier réseau écologiste mondial Friends of the Earth International. Ce réseau est aujourd’hui présent dans 72 pays et réunit plus d’un million et demi de membres sur les cinq continents. 

Dans le paysage associatif, c’était toujours l’environnement d’un côté, l’homme de l’autre

En 1972, les Amis de la Terre développent une vocation et un savoir-faire militant plus affirmé. Les Amis de la Terre sont alors très actifs sur des actions antinucléaires et sur les transports en ville.  En 1976, la Fédération organise la première vélorution à Paris qui rassemble plus de 10 000 personnes. Ces manifestations réunirent des milliers de cyclistes et attirèrent beaucoup de jeunes qui ont alors rejoint la Fédération pour prendre part aux mobilisations.

50 ans plus tard, nos pays dits développés continuent de proposer au monde un mode de vie et un système capitaliste qui conduisent au dérèglement climatique, à l’épuisement des ressources naturelles et à la destruction des écosystèmes indispensables à une vie digne pour l’ensemble de l’Humanité. La course aux profits financiers à court terme et la logique productiviste nous font perdre de vue l’essentiel… 

Nous n’avons qu’une seule Terre à nous partager. 

Nos victoires sont les vôtres !

  • 1973

    Contre le nucléaire

    Manifestation contre le déversement de déchets nucléaires.

    Les Amis de la Terre embarquent vers la Polynésie française pour dénoncer les essais nucléaires.

  • 23 Juin 1982

    Victoire pour les baleines

    La commission baleinière internationale vote le moratoire sur la chasse aux baleines à des fins commerciales, sous la pression des organisations de la société civile dont les Amis de la Terre sont parties prenantes.

  • 20 Juil 1988

    Pas d’OGM dans ma cantine

    Contre les OGM

    Une centaine de communes refusent les OGM et rejoignent la campagne des Amis de la Terre . Un tremplin incontournable qui permettra, avec la mobilisation citoyenne, l’interdiction complète des OGM en France à partir de 2008.

  • 23 Oct 2012

    Le charbon hors jeu

    Une femme travaillant dans une mine de charbon

    Plusieurs acteurs publics renoncent à leurs soutiens au secteur du charbon. C’est le cas de l’Agence Française de Développement, la Banque Mondiale ou la Banque Européenne d’Investissement.

  • 11 Juin 2014

    Une mine de charbon abandonnée

    alpha_coal_project_-_test_pit_-_hancock_coal_2011-6-30_01289moyen.jpg

    Société Générale se retire du projet Alpha Coal, une gigantesque mine de charbon en Australie sous la pression de la campagne.

  • 14 Sep 2017

    Fin de cavale pour les multinationales ?

    A man crawls through an underground mine in Jharia, Jharrkhand, India

    Une nouvelle loi sur le devoir de vigilance des multinationales est adoptée. Elles pourront enfin être légalement reconnues responsables des dommages humains et environnementaux que peuvent provoquer leurs activités et celles de leurs sous-traitants et filiales, en France et à l’étranger.

  • 2018

    Huile de palme

    Visuel_huiledepalme_AT_LEA NATURE

    L’Assemblée Nationale met fin à l’avantage fiscal pour l’huile de palme dans les carburants. Un coup de revers pour Total qui comptait importait des milliers de tonne d’huile de palme pour la “bioraffinerie” de la Mède dans les Bouches-du-Rhône.

    Huile de palme dans les carburants : la suite

  • 23 Mai 2019

    Victoire contre les lobbies

    Grâce à notre enquête et une action juridique, le Conseil constitutionnel a désormais une obligation de transparence vis-à-vis des contributions extérieures qui peuvent l’influencer.

Quelques campagnes emblématiques de 70 à nos jours

Le combat contre le nucléaire inscrit dans l’ADN des Amis de la Terre

A la suite de Mai 68, le mouvement de contestation contre l’industrie nucléaire civile prit son essor. 

  • Le   12 avril   1971, 1 500   personnes défilèrent silencieusement devant le chantier de la centrale de Fessenheim. Le 10 juillet 1971, 15 000 manifestants firent un sit­in festif devant le réacteur de Bugey­ dans l’Ain, prêt à entrer en service.
  • Dès 1971, avec les Amis de la Terre américains et britanniques, les Amis de la Terre France avaient décidé de faire campagne pour un moratoire nucléaire. Avec les autres groupes antinucléaires, les Amis de la Terre menèrent une campagne pour un moratoire en 1973.
  • À Paris en 1975, et sans grand support médiatique, les Amis de la Terre et le PSU parvinrent à rassembler 25 000 personnes dans une « Manif Douce » contre le nucléaire.
à lire aussi
Friends of the Earth - 1070
Institutionnel

Histoire des Amis de la Terre de 1970 à 1989

MALVILLE : UNE MOBILISATION INÉDITE MARQUÉE PAR LA VIOLENCE D’ÉTAT

Au printemps 1976 s’organise un vaste mouvement contre le surgénérateur Super­Phénix dont la construction commençait à Malville, sur le Rhône, entre Lyon et Genève. De par sa non-­violence et les appuis extérieurs obtenus, la mobilisation fut un succès. L’opération est donc renouvelée le 31 juillet 1977. 

Quelques 60 000 manifestants, venus de toute l’Europe, forment sous la pluie un cortège à rangs serrés sur 9 km de route. 

De puissantes forces de l’ordre ont été rassemblées par un préfet à poigne. Les CRS se déchaînent à coup de grenades offensives qui font un mort, Vital Michalon, et plusieurs blessés graves. La nuit venue, les CRS pourchassent les manifestants. Le mouvement antinucléaire fut traumatisé par le désastre de Malville en 1977. 

L’APRÉS TCHERNOBYL

La   catastrophe   de Tchernobyl   du 26 avril 1986   provoqua une réaction   très vive des Amis de la Terre qui organisèrent   des conférences de presse communes avec le GSIEN,   Greenpeace et les Verts. Les Amis de la Terre s’élevèrent contre les mensonges de P. Pellerin qui eu l’audace de prétendre que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à nos frontières. Le 20 juin 1987, les Amis de la Terre participèrent à Paris à une manifestation « pour un avenir sans nucléaire ».

Et le nucléaire maintenant ?

La lutte contre le nucléaire est ancré dans l’ADN des Amis de la Terre. Aujourd’hui, la fédération continue de combattre le nucléaire en soutenant les campagnes du réseau Sortir du nucléaire et Greenpeace.

1983 : les Amis de la Terre au cœur du combat contre le plomb dans l’essence

Les effets de certains composés du plomb sur la santé, en particulier sa présence dans le sang étaient connus depuis longtemps. Vers 1982, des études plus approfondies provenant de Grande-­Bretagne et des Etats-Unis démontrèrent que les additifs plombés de l’essence étaient les principaux responsables des plombémies. Les Amis de la Terre lancent alors une campagne.

Les Amis de la Terre publièrent en 1983 la brochure “Le plomb dans l’essence, nos enfants payent”. La même année, on organisa des journées de sensibilisation et on lança une pétition, signée par de nombreux élus. Le 1er février 1984, une délégation accompagnée  de nombreux enfants au Ministère les résultats de l’étude grenobloise sur les dents de lait. On sortit des tracts, des autocollants et une affiche montrant un enfant étouffé par le tuyau d’une pompe à essence plombée. 

Une campagne qui porte ses fruits : Les premières pompes fournissant de l’essence sans plomb apparurent en France en 1987. Dès 1991, la teneur en vapeur de plomb dans l’atmosphère des villes baissa de façon spectaculaire. Début 1998, on apprenait que les pompes fournissant du super plombé devaient disparaître.