usine engrais
Agriculture

Stop au business des engrais chimiques

Grand responsable de la crise climatique qui se cache derrière un système agricole destructeur de l’environnement, le secteur de l’agrochimie prospère en créant une véritable addiction aux engrais chimiques. Lutter contre les engrais chimiques, c’est lutter contre la crise climatique.

Contexte

La réalité du modèle agricole industriel est à chercher bien au-delà des pâturages et des cultures céréalières si caractéristiques du paysage français. Car aujourd’hui, l’agriculture se joue bien plus en amont et en aval, comme deux tranches de pain qui viendraient se refermer autour des paysan·ne·s. L’industrialisation de l’agriculture qui s’est développée à partir de l’après-guerre est caractérisée par des grands marqueurs qui agissent comme points de compression sur le monde paysan mais aussi sur l’environnement. Pesticides, engrais de synthèse, semences et technologies aliénantes sont autant d’éléments-clés de la Révolution si peu verte qui a vu le jour ces 70 dernières années au profit d’un productivisme caractérisé par une explosion des rendements agricoles. Ce système agricole et alimentaire industrialisé fait aujourd’hui face à l’enjeu incontournable des dérèglements climatiques auxquels il contribue fortement. Parmi les activités les plus polluantes se distinguent les engrais chimiques dont la France est le premier consommateur en Europe.

Problèmes

Une forte dépendance aux énergies fossiles

L’industrie des engrais est intrinsèquement liée à l’industrie des énergies fossiles. En effet, l’agrochimie utilise d’énormes quantités d’hydrogène dans le processus de fabrication des engrais azotés. Aujourd’hui, 95 % de l’hydrogène est encore produit à partir d’énergies fossiles (principalement à partir de gaz mais aussi de charbon). Sur une production annuelle mondiale de 75 millions de tonnes d’hydrogène, près de 45 % est destinée à la production d’ammoniac et d’engrais azotés. Alors qu’il est impératif de mettre fin à l’exploitation des énergies fossiles pour faire face à la crise climatique, l’agrobusiness des engrais continue pourtant de développer des projets industriels reposant sur l’exploitation du gaz. C’est le cas de l’entreprise Yara au Mozambique qui devrait bénéficier d’une partie des réserves de gaz découvertes dans le bassin de Rovuma, au mépris du respect de l’environnement et des populations locales.

Protoxyde d’azote : le premier facteur d’émission d’un puissant gaz à effet de serre

Souvent relégués en second plan, les autres principaux gaz à effet de serre que sont le méthane et le protoxyde d’azote ont pourtant un rôle important dans la crise climatique. Le protoxyde d’azote a la particularité de rester très longtemps dans l’atmosphère (environ 120 ans) avec un pouvoir réchauffant 265 fois supérieur au dioxyde de carbone sur une période moyenne de cent ans. Entre 1960 et 2018, les émissions de protoxyde d’azote ont été multipliées par deux tandis que, sur la même période, le recours aux engrais de synthèse a lui été multiplié par neuf. Les émissions de protoxyde d’azote liées à ces engrais se retrouvent principalement au moment de leur fabrication puis de l’épandage par les agricultrices et agriculteurs. En France, 43% des émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture sont des émissions de protoxyde d’azote (ne comprend pas les émissions liées à leur fabrication). La plus grande partie de ces émissions est liée aux engrais de synthèse (aussi appelés engrais minéraux).

La pollution de l’air aux particules fines

La réaction des particules primaires en suspension dans l’air avec des composés gazeux comme l’ammoniac (présent dans les engrais) entraîne la formation de particules secondaires, plus fines mais surtout plus nocives pour la santé et les milieux naturels. Asthme, maladies respiratoires, allergies, accidents cardiovasculaires mais aussi cancers sont des effets identifiés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’agriculture représente 94% des émissions d’ammoniac françaises en 2017. La première source de ces émissions revient aux engrais de synthèse (29%), puis au stockage des déjections bovines et aux bâtiments d’élevage (25%) et enfin aux engrais organiques (21%). Les engrais de synthèse (+8,5 % entre 2005 et 2017) et l’évolution du cheptel bovin sont donc les deux grands leviers agissant sur la pollution causée par l’ammoniac.

La détérioration des ressources en eau

Le recours croissant aux engrais de synthèse a conduit à un autre problème majeur, dénoncé depuis des dizaines d’années : la dégradation de la qualité de l’eau et la modification de l’équilibre biologique des milieux aquatiques (rivières, lacs, sources mais aussi mers et océans).

L’augmentation de la production agricole du fait des engrais de synthèse s’est accompagnée d’une spécialisation des productions en France : d’un côté les cultures fertilisées aux engrais de synthèse (dont une partie a permis d’approvisionner à bas coût l’élevage industriel pour l’alimentation animale) et de l’autre le développement de l’élevage intensif dont les déjections sont soient stockées, soit transférées sur des cultures. L’excès de fertilisants apportés sur les cultures ne permet pas aux plantes de tout consommer et créée un phénomène de dissolution des nutriments (nitrates) qui sont entraînés dans les eaux (lixiviation). A cela s’ajoute l’ammoniac qui, après s’être volatilisé dans l’air retombe sous forme de dépôt sec ou via les précipitations. Cet excès de nutriments conduit à une prolifération des végétaux comme les algues ou autres plantes aquatiques et appauvrit le milieu en oxygène dont dépend la vie aquatique (eutrophisation). Les nitrates sont aujourd’hui le contaminant le plus répandu au monde dans les aquifères.

Demandes

01

Taxer les pollueurs

Les Amis de la Terre demandent une meilleure prise en compte, dans notre fiscalité, des externalités négatives engendrées par le recours aux engrais chimiques de synthèse : pollution de l’air, pollution de l’eau et contribution considérable aux dérèglements climatiques.

02

Une refonte de la Politique Agricole Commune

Cette refonte doit permettre une réelle transformation de notre système agricole et alimentaire vers une agroécologie paysanne. Nous soutenons des mesures fortes de soutien en faveur du redéploiement des cultures de légumineuses pour retrouver un cycle naturel de l’azote.

  • Sep 2019

    Décryptage

    Pour la suppression de la cellule Demeter

    Les Amis de la Terre décryptent les impacts nocifs des engrais sur l'environnement et le climat.

    Engrais chimiques : destructions en tout discrétion

  • Fév 2020

    La multinationale Yara, élue diva du greenwashing!

    L'édition 2020 des Prix Pinocchio pour dénoncer le greenwashing de l'agrobusiness a consacré le leader mondial des engrais chimiques pour sa communication bien huilée sur l'agriculture soi-disant intelligente face au climat.

    Prix Pinocchio : Yara, leader des engrais chimiques est sacré vainqueur

  • Avr 2020

    Pic de pollution aux particules fines pendant le confinement

    Comme chaque année à cette période, les engrais utilisés dans l'agriculture ont contribué à la pollution de l'air.

    Coronavirus et pollution de l’air ne font pas bon ménage

Aidez-nous à rester indépendant