stop-pub
12 juin 2020

Des élections municipales pour se libérer de la publicité dans les rues

Lettre ouverte aux candidats du second tour des élections municipales à Dijon à propos des panneaux publicitaires

Madame Modde, Messieurs Bichot et Rebsamen

La pandémie Covid-19 a obligé de très nombreuses personnes à modifier leurs habitudes, à prendre le temps de la réflexion sur leur vie, sur le monde, sur notre interaction avec la terre. Dans les médias il en découle de nombreux articles, réflexions et propositions pour « le monde d’après ». Un monde qui serait enfin beaucoup plus respectueux de l’environnement.
L’occasion pour vous, citoyenne et citoyens engagé.e.s pour nous représenter, de faire évoluer vos idées !

La publicité commerciale est le moteur de nos sociétés de sur-production et de sur-consommation et de ce fait participe pleinement à la crise climatique.

Sans la publicité, les consommateurs retrouvent le sens de l’essentiel, et nos villes retrouvent un aspect propre, sans publicités criardes et mensongères.

De plus, la publicité est:
– Liberticide : privatisation de l’espace public, acceptée et votée par nos élus et donc de notre espace mental.
– Coûteuse : le prix de la publicité est inclus dans le prix de vente des produits. Nous payons et permettons, à notre insu, à cette publicité de vivre et de pousser à consommer toujours plus en créant des besoins superflus, de la surproduction et beaucoup de déchets.
– Inégalitaire : seules les entreprises à gros budgets publicitaires peuvent communiquer massivement (sur des produits souvent mauvais, peu éthiques, importés et climaticides).
– Une pollution visuelle et mentale
– Dogmatique : sexisme, ethnocentrisme, culte de l’apparence, du «tout et tout de suite», compétition, matérialisme, conformisme, violence, maigreur et jeunisme.

Nous rappelons également qu’à Dijon, la publicité dans les rues est contraire à tous les engagements et la communication de la Ville pris depuis trois mandats : – Malbouffe et alcool, y compris devant écoles collèges et lycées / Petits déjeuners pédagogique
– Grosses cylindrées polluantes / Mise en avant des transports en commun, du vélo et de la marche
– Banques climaticides / Plan climat local

A partir de ces constats, et en vue du second tour des élections municipales de Dijon, nous souhaiterions connaître votre position et celle de vos colistiers :

Quel regard avez vous sur la publicité positionnée sur la voie publique et/ou visible de la voie publique ?

Le contrat de mobilier urbain avec la société publicitaire Clear Channel se termine en 2022. De plus en plus de villes ont fait le choix de ne pas renouveler les contrats avec les publicitaires (ex: Grenoble).
Si vous êtes élu.e (et de ce fait très probablement président-e de la métropole), vous engagez vous dès maintenant à ne pas renouveler ce contrat polluant, permettant ainsi la suppression de centaines de panneaux publicitaires ?

Vos réponses, ou absence de réponse, d’ici le 18 juin seront rendues publiques.

Cordialement et citoyennement, Les Amis de la Terre Côte-d’Or

La réponse de Stéphanie Modde (reçue le 12 juin), liste “Dijon Ecologique et solidaire”

Bonjour, Comme vous le savez, les élu-Es et EELV se sont fortement mobilisés lors de l’enquête publique RLPI et dans les différentes assemblées. Certaines de nos propositions, comme la suppression de la publicité sur le mobilier urbain, n’ont pas été retenues. En sachant également que le contrat clear channel ne contient, dans son cahier des charges, aucune disposition visant à réduire la consommation d’énergie et la pollution lumineuse. C’est un point de vigilance à avoir en tête également. Nous maintenons lors de cette campagne notre position initiale qui est de supprimer la publicité sur le mobilité pour privilégier une communication sur des événements d’intérêt général : culture, sports amateurs… Notre modèle, c’est Grenoble. Bien respectueusement. Pour Stéphanie Modde, l’équipe de campagne

La réponse de François Rebsamen (reçue le 26 juin), liste “Dijon c’est Capitale”

Mesdames, Messieurs, cher(e)s ami(e)s de la Terre, J’ai bien reçu en qualité de candidat aux élections municipales vos questions relatives à la publicité dans les rues de notre ville et de notre métropole. Je suis, comme l’ensemble des maires de Dijon métropole, mobilisé pour limiter dans les centres historiques, voire espace résidentiel, l’impact visuel des publicités, enseignes et pré-enseignes, pour répondre à l’exigence d’une bonne qualité de vie.Depuis la réforme de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement (dite Loi ENE), les règlements locaux de publicité (RLP) offrent aux collectivités locales la possibilité de contrôler et d’harmoniser l’ensemble des dispositifs qui constituent la publicité extérieure : publicités, enseignes et pré-enseignes. Les RLP s’inscrivent dans une vision stratégique du territoire. Élaborés sur une procédure identique à celle des plans locaux d’urbanisme (PLU), adoptant des règles plus restrictives que celles fixées par le régime général, ils visent à préserver les paysages, à améliorer le cadre de vie. Ils renforcent l’identité du territoire. L’élaboration du règlement intercommunal de publicité a débuté lorsque le Grand Dijon s’est constitué en communauté urbaine et s’est achevé après sa transformation en métropole. Le périmètre du territoire communautaire s’étend sur 23 communes regroupant 256 113 habitants (population légale 2014 observée au 1.1.2017) sur une superficie de 140 km2. Aussi, le RLPi, adopté le 28 juin 2018 à l’unanimité des élus de la métropole, répond-il à ce problème en régularisant de manière stricte la publicité dans un objectif de conservation du patrimoine bâti, paysagé et du cadre de vie. Néanmoins, il reste souple pour les enseignes dont il s’agit de contrôler la bonne insertion sur les sites. Afin de lutter contre la pollution lumineuse, les plages d’extinction des enseignes ont par exemple été étendues. A toutes fins utiles, je tiens à votre disposition la copie du rapport de présentation du règlement local de publicité intercommunal présenté et voté en conseil métropolitain le 28juin 2018. Espérant avoir répondu à vos questions, je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, en l’assurance de mes sentiments les meilleur