Petrov-2006-Arte
Groupe localLes Amis de la Terre Côte d'Or29 septembre 2021

L’apocalypse nucléaire : une épée de Damoclès qui ne s’émousse pas

Le 26 septembre est la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires dans le monde, depuis que les Nations Unies ont eu connaissance, entre autres, d'un événement et d'un homme qui auraient pu faire basculer notre planète dans l'hiver nucléaire en 1983. Voici l'histoire derrière l'Histoire...

L’homme qui sauva le monde

image1632238199000
Stanislav Petrov, né en 1939, lieutenant-colonel de la Voyska PVO, la force de défense anti-aérienne de l’Armée soviétique, est officier de garde le 26 septembre 1983 au sein de la base Serpukhov-15, centre de contrôle et de commandement. Il voit sur ses écrans de contrôle-radar 5 points représentant des missiles nucléaires intercontinentaux de type Minuteman en provenance de la base états-unienne Malmström. Son rôle est crucial dans la chaîne de commandement : c’est son information qui va influer sur l’autorité finale, le Premier Secrétaire du Parti communiste Youri Andropov.

Malgré les informations en provenance d’un satellite de détection de tir, il estime qu’il s’agit d’une fausse alarme. Il est inconcevable pour lui que les États-Uniens attaquent à cette date, et surtout avec un si petit nombre de missiles. Son raisonnement est conforme à la réalité : le lancement de missile imaginaire a été provoqué par le logiciel qui équipait les satellites de détection. Celui-ci a interprété la réflexion des rayons du soleil sur des nuages comme une source de chaleur émanant des moteurs de missiles…

L’affaire est révélée en 1998. Petrov est distingué par l’Association of World Citizens et lauréat du Dresden-Preis 2013, décerné annuellement aux personnes qui ont réussi à prévenir un conflit militaire. En mémoire de cette date, l’Assemblée générale de l’ONU, le 26 septembre 2013, proclame le 26 septembre ‘Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires’.

Petrov-2006-Arte

A voir sur Arte.tv

Le docufiction de 2014 The Man Who Saved the World (“Guerre froide, l’homme qui sauva le monde”), relate les évènements décrits plus haut.

image1632238199009
Cet épisode est à rapprocher de l’initiative récente du général Mark Milley, Chef d’état-major des armées des États-Unis. Selon le livre Peril, de Bob Woodward et Robert Costa, basé sur les témoignages anonymes de 200 responsables états-uniens, le plus haut gradé du Pentagone s’inquiétait tellement de l’état mental du président Donald Trump dans les derniers jours de son mandat qu’il a pris secrètement des mesures pour éviter une guerre avec la Chine. Il a appelé son homologue chinois, le général Li Zuocheng, à deux reprises, le 30 octobre 2020 et le 8 janvier 2021, pour l’assurer que les États-Unis n’attaqueraient pas la Chine.

Combien de temps encore l’absence d’accident ou de guerre nucléaire reposera-t-elle sur l’intelligence, la prise de risque et la désobéissance de quelques officiers ? Combien de temps neuf puissances de la planète – dont la France – vont-elles encore jouer avec le feu atomique ?

Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?

  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide écocitoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, ’Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Communiqué du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires