Finance
22 juillet 2020Communiqué de presse

Charbon : BNP Paribas frôle l’adoption d’une politique de sortie

BNP Paribas publie une nouvelle politique sur les mines et infrastructures charbon. Reclaim Finance et les Amis de la Terre France notent des mesures de retrait du secteur qui vont dans le bon sens, mais resteront vigilants quant à leur application effective et rigoureuse.

BNP Paribas vient de mettre en ligne sa politique de financement aux sociétés minières et opérateurs d’infrastructures liées au secteur du charbon 1. Reclaim Finance et les Amis de la Terre France notent une politique qui va au-delà de celle publiée il y a trois semaines sur les producteurs d’électricité à partir de charbon en excluant dès maintenant des entreprises sur des critères strictement définis. Les deux politiques visent à soutenir la sortie du charbon thermique d’ici 2030 dans les pays de l’UE et de l’OCDE et d’ici 2040 dans les autres pays, mais cela sera conditionné par leur application rigoureuse et volontariste. Reclaim Finance et les Amis de la Terre France feront un suivi rapproché des financements de BNP Paribas, comme des autres acteurs financiers français, à l’ensemble des entreprises actives dans le charbon afin de s’assurer que l’engagement de place est tenu 2.

La politique de BNP Paribas comprend tous les critères recommandés par Reclaim finance et les Amis de la Terre France ainsi que leurs partenaires internationaux pour répondre aux défis climatiques liés au charbon : prévention de l’expansion avec une exclusion stricte de toutes les entreprises qui développent de nouveaux projets charbon et accompagnement de la sortie en excluant les entreprises les plus exposées aujourd’hui et celles qui n’auraient pas de stratégie visant une sortie du charbon suivant les dates retenues par BNP Paribas.

Cette politique va plus loin que celle publiée par BNP Paribas sur les financements aux producteurs d’électricité il y a trois semaines :

  • Alors que BNP Paribas s’engage sur des dates de sortie du secteur du charbon, sur toute la chaîne de valeur, elle n’adopte des critères stricts d’exclusion 3 que sur les producteurs miniers et opérateurs d’infrastructures liées au charbon et non sur les producteurs d’électricité à partir de charbon (2030 dans l’UE, 2040 dans le monde).
  • De plus, alors que BNP Paribas s’engage dès maintenant à exclure les entreprises minières qui n’ont pas de stratégie pour sortir du charbon d’ici 2030/2040, les producteurs d’électricité ont jusqu’à fin 2021 pour se doter d’une telle stratégie.

En revanche, un risque demeure quant à l’application qui en sera faite pour de grands groupes miniers diversifiées :

  • Un exemple, Glencore : ce géant du charbon, qui compte parmi les 10 plus gros producteurs de charbon au monde et développe actuellement une nouvelle mine de charbon en Australie, finance ses activités liées au charbon via plusieurs filiales de financement mais aussi au niveau du groupe 4. Si la banque devrait exclure les premières, aucune garantie n’est donnée pour le dernier.
  • L’efficacité de la politique ne pourra donc être jugée qu’après suivi et analyse par Reclaim Finance et les Amis de la Terre France des données financières de BNP Paribas sur les 18 prochains mois.

Lucie Pinson, directrice de Reclaim Finance commente : “Nous ne pouvons que saluer cette politique. Après de multiples tâtonnements, BNP Paribas frôle l’adoption d’une politique globale pleinement alignée avec la science climatique pour le secteur du charbon. Mais nous notons l’absence de critères d’exclusion stricts pour les producteurs d’électricité à partir de charbon et les incertitudes sur le niveau de mise en œuvre des exclusions des sociétés minièresEncore plus que pour les autres acteurs financiers, nous resterons donc très vigilants à l’application par BNP Paribas de ces deux politiques charbon et suivrons de près l’évolution de ses financements au secteur”.

Lorette Philippot, chargée de campagne finance privée aux Amis de la Terre France, ajoute : “Même si les politiques charbon de BNP Paribas vont moins loin que celles d’autres acteurs de la place, notamment de Crédit Mutuel, elles suffisent à amplifier le profond retard accumulé par Société Générale. Non seulement Société Générale est très loin d’avoir une politique de sortie du charbonmais elle n’a pris aucun engagement d’exclusion des pétrole et gaz de schiste, contrairement à ses pairs, pourtant pas exemplaires non plus sur la question 5.

Ces engagements à ambition variable sont insatisfaisants face à l’urgence de réorienter les flux financiers. Reclaim Finance et les Amis de la Terre France appellent le gouvernement à sanctionner les acteurs financiers qui n’auraient pas adopté de politique robuste de sortie du secteur du charbon d’ici la fin de l’année et à exiger par la loi leur adoption d’ici 2021 d’une stratégie de sortie des énergies fossiles alignée avec les objectifs de l’Accord de Paris.

Notes
1

La politique de BNP Paribas sur les mines est téléchargeable sur le site de BNP Paribas ici. Cette politique ne comporte des critères précis que pour la banque de financement et d’investissement de BNP Paribas. pour les autres métiers, il faut se référer à la communication succincte de BNP Paribas Cardif de début juillet et aux politiques de BNP Paribas AM.

3

Autres que ceux visant une exclusion des entreprises qui développent de nouveaux projets de centrales à charbon.

4

Voir la Global Coal Exit List pour les données statistiques liées aux activités charbon de Glencore: coalexit.org. Ses activités dans le charbon lui ont valu une exclusion des fonds du Fonds souverain norvégien et son implication dans de graves violations des droits humains en Colombie lui ont valu une exclusion de tous soutiens par de nombreux acteurs financiers. Glencore détient plusieurs filiales dédiées à la production et au commerce de charbon. Parmi elles Prodeco (Colombie), Bulga Coal (Australie), Mount Owen (Australie), etc. La majorité de leurs financements est levé via la maison-mère, Glencore PLC, mais Glencore a aussi plusieurs filiales de financement, notamment Glencore Finance Ltd, Glencore Finance SA and Glencore Funding LLC.

5

Les engagements de Crédit Agricole et Natixis, et dans une moindre mesure ceux de BNP Paribas sur la question comporte de nombreuses lacunes, une partagée par tous étant l’absence de critères permettant de couvrir les majors pétrolières et gazières actives dans les pétroles et gaz de schiste.