Ressources et médias

Rester informé


Réaction des Amis de la Terre à l’Assemblée Générale du Crédit Agricole 2014

Sifflements, protestations, caméra coupée, micro arraché [1], le Crédit Agricole ne veut pas être rappelé à ses responsabilités de grande banque internationale. Hier, le Directeur Général du Crédit Agricole et les autres membres du panel représentatif de la banque ont écouté et répondu avec respect aux questions des actionnaires de la banque, à l’exception de celle de Paul Corbit Brown, Président de la Fondation Keepers of the Mountains et qui accompagnait les Amis de la Terre à l’Assemblée Générale de la banque.

Venu de Virginie Occidentale où la banque finance des entreprises qui pratiquent le Moutain Top Removal* (MTR), une pratique d’extraction de charbon qui détruit toute possibilité de vie naturelle mais aussi humaine sûre, Paul Corbit Brown a tenté de témoigner des ravages humains mais aussi des risques économiques pour la banque, en illustrant son propos de photographies. Il n’aura pas pu non plus remettre une synthèse de plus d’une vingtaine d’études scientifiques sur les impacts sanitaires du MTR dans cette région à l’espérance de vie de 15 à 20 ans inférieure en moyenne à celle des Etats-Unis.

A la violence de la banque, nous répondrons toujours par un renforcement de nos actions non violentes. En réaction à l’Assemblée Générale, nous relayons aujourd’hui une pétition du Rainforest Action Network et de Banktrack qui demandent à la banque d’en finir pour de vrai avec le MTR. BNP Paribas a su véritablement mettre un terme à ses soutiens au MTR. Que le Crédit Agricole dise ne pas pouvoir le faire est scandaleux.

Lire le communiqué de presse Assemblée Générale du Crédit Agricole : la banque soutient toujours la destruction des Appalaches

Notes

[1D’aucuns répondront qu’il s’agissait de respecter les deux minutes de parole attribuées à chaque prise de parole. Pourtant, le Crédit Agricole a été plus clément vis-à–vis des actionnaires dont les questions dépassaient non seulement les deux minutes réglementaires mais portaient également sur des problèmes commerciaux et individuels et sortaient donc du cadre de l’Assemblé Générale

Rédigé le