Projet gazier Mozambique
Climat-Énergie
3 mai 2021

Total abandonne ses responsabilités avec son annonce de « Force majeure » sur le gaz du Mozambique

Déclaration de 'Justica Ambiental', Les Amis de la Terre Mozambique, suite à l'annonce de "force majeure" par Total sur ses projets gaziers au Mozambique.

Le 26 avril 2021, la société transnationale française (TNC) Total a annoncé, « Compte tenu de l’évolution de la situation sécuritaire dans le nord de la province de Cabo Delgado au Mozambique, Total confirme le retrait de tout le personnel du projet de GNL du Mozambique du site d’Afungi. Cette situation conduit Total, en tant qu’exploitant du projet de GNL au Mozambique, à déclarer la force majeure. »

Notre analyse de la phrase “force majeure” est que Total cherche à se libérer de ses engagements et à se retirer de ses contrats avec ses sous-traitants, dont beaucoup sont locaux. Avec l’annonce de « force majeure », la multinationale peut prétendre qu’elle n’est pas responsable du respect des termes de ses contrats, mais qu’elle conserve les avantages d’être concessionnaire du projet.

Un communiqué de presse de l’Institut national du pétrole du Mozambique a confirmé la situation des contrats et obligations de Total en déclarant: «Avec l’interruption temporaire des opérations, Total ne pourra pas, pendant cette période, se conformer aux obligations contractuellement assumées et pourra également suspendre ou résilier d’autres contrats avec d’autres fournisseurs de biens et / ou de services, en fonction de la durée de l’interruption … Nous précisons que Total n’a pas abandonné le projet, il reste concessionnaire et opérateur, avec tous les droits, devoirs et obligations liés à ce statut… »(traduit du Portugais). 

Malheureusement, Total et les autorités omettent de mentionner ce qui arrivera aux communautés agricoles qui ont déjà été déplacées et dépossédées pour construire le parc de GNL d’Afungi, qui n’ont toujours pas reçu les terres qui leur ont été promises et qui restent sans moyens de subsistance. Ils ne peuvent plus attendre, d’autant plus qu’il est probable que le site soit inactif pendant plus d’un an. Leur survie est en jeu. Ni Total ni le gouvernement ne semblent avoir fait de plan pour eux.

Total et les autres STN impliquées dans l’exploitation du gaz ont déjà fait des ravages à Cabo Delgado. La population de la province a énormément souffert. Total a causé la perte de moyens de subsistance des communautés locales, en raison de l’accaparement des terres pour le projet gazier et toutes ses industries secondaires, et a bloqué l’accès à l’océan pour les pêcheurs qui ont été jetés à l’intérieur des terres et laissés sans moyens de subsistance. On leur a promis des emplois dans l’industrie qui ne se sont pas concrétisés. La région a été confrontée à une augmentation énorme de la militarisation, des conflits et de l’insécurité ; la théorie de la « malédiction des ressources » a montré à plusieurs reprises comment cela est lié au développement des combustibles fossiles, en particulier en Afrique. Tous les avertissements de JA! et de la société civile pendant des années ont été ignorés. Il est triste de voir ce scénario se répéter.

Cabo Delgado est en flammes. Des gens qui vivent déjà dans la pauvreté, qui sont constamment victimes d’injustice et de négligence, font l’objet d’attaques brutales. Palma a été attaquée par des insurgés armés et organisés le 24 mars 2021 et le siège a duré 10 jours. Cette attaque et les précédentes, qui ont commencé en 2017, ne sont pas sorties de nulle part, et le récit simpliste du terrorisme islamique cache les difficultés sociales qui ont donné de la force aux récits extrémistes. Alors que les racines du conflit sont complexes, l’industrie gazière alimente les tensions sociales, car les communautés locales se sentent frustrées, méprisées et désespérées, voyant la richesse de leur province être pillée par les élites politiques nationales et économiques internationales et les sociétés extractives, pendant que le gouvernement continue de faire fi de leurs plaintes et de leurs droits fondamentaux et de leurs besoins. Les Mercenaires, qui ont tué sans discernement des civils, combattent cette insurrection sans visage aux côtés de l’armée lourde et le conflit a fait partir plus de 700 000 réfugiés à Cabo Delgado. Quand le lion et l’éléphant se battent, c’est l’herbe qui souffre, comme nous le rappelle un proverbe africain. 

Depuis les attentats de Palma, des milliers de personnes sont portées disparues ou mortes. Total a évacué ses propres employés et entrepreneurs, et quelques jours plus tard, une partie de la population locale a eu la chance d’être sauvée. Beaucoup d’autres ont connu un destin différent. Bien sûr, les multinationales veulent plus de sécurité pour elles-mêmes, mais qu’en est-il du peuple? Joseph Hanlon écrit dans le Mail and Guardian, que lorsque Palma a été attaqué, « il n’y avait pas de sécurité protégeant la ville, bien que 800 soldats se trouvaient à l’intérieur des murs d’Afungi protégeant les travailleurs de Total ».

Maintenant, après avoir fait des ravages, Total veut se maintenir en tant qu’opérateur principal de gaz mais refuse d’honorer ses engagements, les engagements les plus élémentaires envers certaines des populations les plus pauvres de la planète, comme la sécurité alimentaire des communautés affectées par le gaz. Le projet gazier au Mozambique a déjà créé de graves problèmes sociaux et économiques. Ils ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Total doit arrêter complètement l’exploitation du gaz, mais il ne peut pas se défaire du gâchis qu’il a déjà fait. Il doit prendre ses responsabilités et fournir des réparations pour toutes les vies détruites, toutes les terres saisies et les moyens de subsistance perdus. Total et l’exploitation du gaz doit cesser, mais cela n’efface pas en soi des années d’abus et de dépossession du jour au lendemain ! Les STN doivent être tenues responsables des impacts et des violations des droits de l’homme auxquelles sont confrontées les communautés affectées et être tenues d’indemniser pleinement les communautés et de réparer les dommages causés.

JA! a toujours affirmé et montré que notre pays ne devrait pas suivre la voie du développement sale et injuste des combustibles fossiles, car il aggrave la crise climatique, provoque des déplacements et l’accaparement des terres, pollue l’air et l’eau, les sols, ont un impact sanitaire terrible sur les populations locales et détruisent l’écologie locale et les moyens de subsistance, et ne servent globalement que les élites. Nous avons plutôt besoin d’énergie renouvelable appartenant à la communauté pour nos millions de personnes qui sont actuellement privées d’énergie, et nous avons besoin d’un développement axé sur les peuples. Plus de Mozambicains disent maintenant que nous devons nous demander, en tant que pays, s’il vaut la peine de poursuivre ce projet gazier.

Mais on se demande aussi pourquoi Total a déclaré la position « force majeure ». Total est un TNC qui se targue secrètement de pouvoir gérer l’extraction de combustibles fossiles dans des situations difficiles. Comme Le Monde reported, Le site de GNL Total au Yémen a été utilisé comme base militaire et prison secrète par les milices des EAU après la suspension des activités en raison de la guerre. Total a également déclaré une « force majeure » sur le site de Yémen en 2015. Quelles garanties seront données par Total et le gouvernement mozambicain pour que le site d’Afungi au Mozambique ne devienne pas comme le site de Yémen ?

Il y a des spéculations au Mozambique sur les raisons possibles de l’annonce de la « force majeure » :

  • Il joue sur les craintes du gouvernement de voir le projet échouer ou être retardé, qui pourraient être utilisées par Total pour forcer le gouvernement mozambicain à renégocier les contrats, déjà si favorables à Total, pour donner un accord encore pire au peuple mozambicain, tandis que les élites corporatives et les élites mozambicaines s’en vont avec des millions.
  • Elle permet également à Total d’exiger plus de contrôle sur la sécurité de la région gazière qui priorise leurs investissements, ce qui pourrait se faire au détriment de la sécurité et de la souveraineté nationales plus larges.
  • Cela pourrait aider Total à affirmer son pouvoir sur l’Etat mozambicain et même une menace d’utiliser les accords commerciaux et d’investissement et leur notoire Système de Règlement des Différends entre Investisseurs et États (RDIE) pour réclamer une compensation de plusieurs millions pour leurs pertes.

Ce que nous savons avec certitude, c’est que c’est une façon pour Total de suspendre indéfiniment ses opérations et de ne pas engager de coûts. Les entrepreneurs/banques étrangers déposeront probablement des réclamations auprès des agences de crédit à l’exportation (ACE) pour être remboursées. Mais les entrepreneurs mozambicains n’ont pas cette option – ils seront durement touchés alors que les citoyens des pays du Nord subventionneront les multinationales des combustibles fossiles, laissant le Mozambique avec une dette encore plus grande, ce qui est ironique puisque les revenus du gaz étaient la fausse panacée destinée à résoudre le problème de la dette. Nous dénonçons ces systèmes qui menacent l’avenir et le bien-être des populations les plus pauvres tout en profitant aux plus riches.

Demande aux multinationales, banques et investisseurs:

  • Nous exigeons que Total et toutes les sociétés transnationales, tous les acheteurs et tous les investisseurs impliqués dans l’extraction du gaz au Mozambique cessent dès maintenant toutes les activités liées aux projets gaziers et nous exigeons la fin du financement des combustibles fossiles.
  • Nous demandons à Total et aux STN et à toutes les parties concernées de fournir des réparations justes et équitables à ceux qui ont déjà été touchés.

Demandes au gouvernement mozambicain:

  • Nous exigeons que le gouvernement mozambicain mette fin à l’exploitation du gaz et des combustibles fossiles au Mozambique, qu’il n’accorde plus de concessions et qu’il choisisse plutôt une voie axée sur les énergies renouvelables, puisque la voie énergétique actuelle détruit les moyens de subsistance des peuples, l’environnement et exacerber la crise climatique. 
  • Nous exigeons que le gouvernement mozambicain cesse de faire passer les sociétés transnationales et les investisseurs étrangers avant le bien-être du peuple mozambicain et prenne des mesures urgentes pour réglementer efficacement les grandes entreprises opérant dans le pays.
  • Nous exigeons que le gouvernement mozambicain se concentre sur les facteurs socio-économiques de la violence et s’occupe de la perte de moyens de subsistance, de la perte de terres communautaires, de l’oppression de la population et d’autres injustices. 
  • Nous exigeons que le gouvernement mozambicain commence à fournir des mises à jour régulières et crédibles sur la situation sur le terrain à Cabo Delgado, y compris des informations sur les personnes tuées, disparues et déplacées.
  • Nous exigeons que le gouvernement mozambicain cesse de harceler, d’intimider et de menacer les journalistes et les militants rapportant la situation à Cabo Delgado, et prenne des mesures concrètes pour punir ceux qui le font, y compris une enquête sur le rôle de l’armée dans les violations des droits de l’homme.

Par JA! Justiça Ambiental/ Les Amis de la Terre Mozambique

Appuyée par :

Les Amis de la Terre International
Les Amis de la Terre Etats-Unis
Womin Alliance Africaine
Les Amis de la Terre Afrique
Re:common
Gastivistes
Milieudefensie
Global Aktion
Groundwork
Climaximo
Les Amis de la Terre Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord