Banque européenne d’investissement : six ans de financement du pillage minier en Afrique

Ce rapport se penche sur les investissements de la BEI entre 2000 et 2006 sur le continent africain. Il ressort de cette analyse que la BEI a choisi de s’impliquer massivement dans le secteur minier en Afrique.

Pourtant, les effets positifs de l’industrie minière sur le développement sont très contestés, alors que ses impacts environnementaux et sociaux sont souvent désastreux. En outre, la BEI choisi de s’engager dans ce domaine extrêmement controversé alors qu’elle ne possède aucun standard lui permettant d’en gérer les conséquences. La BEI montre en effet un retard considérable en matière de transparence, de normes environnementales et sociales, de procédure, et d’expertise, y compris par rapport aux autres bailleurs publics internationaux (Banque mondiale, banques régionales de développement), pourtant eux-mêmes critiqués pour leurs pratiques ! En conséquence, les Amis de la Terre demandent que la BEI arrête de financer des projets miniers en Afrique tant qu’elle n’a pas fait évoluer ses pratiques. Les Amis de la Terre ont mis en évidence dans le rapport les meilleures pratiques internationales, et recommandent à la BEI la mise en œuvre immédiate de dix mesures concrètes et prioritaires, et à long terme l’adoption des meilleures normes internationales en vigueur. La publication du rapport est accompagnée par la sortie du document public « BEI : l’Europe mine l’Afrique ».

Lire le communiqué de presse ici

SOMMAIRE DU RAPPORT :

SYNTHÈSE
INTRODUCTION
I - L’IMPLICATION CROISSANTE DE LA BEI DANS LE SECTEUR MINIER
I. 1 - financement de projets
I. 2 - prise de participation dans des fonds voués à l’exploitation minière
I. 3 - Financement de l’expansion des activités minières à travers les prêts globaux
I. 4 - Promotion d’évènements incitant au déploiement d’entreprises minières étrangères en Afrique
II - FINANCEMENT DES MINES : DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT ?
II. 1 - Mines et développement : une corrélation remise en question
II. 2 – Profits miniers et recettes gouvernementales : un décalage embarrassant
II. 3 – La création d’emploi : un argument trompeur
II. 4 – Financement de l’industrie minière : un soutien au secteur privé... du Nord.
II. 5 – Financement des mines : un objectif de coopération de l’UE ?
II. 6 - Un focus minier qui déteint sur d’autres choix de projets de la BEI
III LES RISQUES EN MATIERE SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE
III. 1 - Un secteur porteur d’injustices sociales et environnementales
III. 2 - La BEI est aujourd’hui incapable de répondre à ces enjeux
IV. RECOMMANDATIONS
IV. 1 – Les meilleures pratiques internationales spécifiques au secteur minier
IV. 2 – Exemples d’acteurs ayant intégré ces meilleures pratiques internationales
IV. 3 – Les prochaines étapes pour la BEI
CONCLUSION

Rédigé le