Stop Alpha Coal - Société Générale
Climat-ÉnergieFinance

Stop Alpha Coal !

En 2013, Société Générale joue un rôle clé dans le développement d’un énorme projet de mine de charbon à ciel ouvert dans le bassin de Galilée en Australie, qui menace l’environnement local, le climat et la Grande barrière de corail : Alpha Coal.

Contexte

Imaginez un beau paysage de carte postale : sable blanc, eaux turquoises… Et bien, c’est là que le projet de charbon Alpha Coal en Australie doit voir le jour, avec le soutien de Société Générale.

Le projet Alpha Coal est né en 2008 sur proposition d’une entreprise australienne, Hancock Coa, détenue par la femme la plus riche du pays, et est porté à partir de 2012 par l’entreprise indienne GVK. Il comprend la construction d’une mine, d’une voie ferrée et d’une expansion portuaire, et vise à extraire, transporter et exporter 30 millions de tonnes de charbon chaque année. Société Générale accompagne GVK dans le développement du projet et est chargé de la recherche des financements pour ce ce projet de 11 milliards de dollars. La banque détiendrait ainsi une responsabilité de premier rang dans les conséquences du projet, si celui-ci voit le jour.

Problèmes

Des impacts dévastateurs sur l’environnement et la biodiversité

La mine et ses alentours sont essentiellement utilisées pour l’agriculture et en particulier en tant que pâturage. D’une surface de plus de 60 000 hectares, essentiellement des forêts et des prairies, cette gigantesque mine de charbon composée de 6 différents puits à ciel ouvert défricherait 22 500 hectares de forêts.

La zone est reconnue pour sa richesse de sa biodiversité composée de plus d’une centaine d’espèces, notamment des wallaby, des kangourous et des koalas. De nombreux habitats de haute valeur, car abritant des espèces d’oiseaux et de chauve-souris menacées, se trouvent sur le territoire de la mine. Mais les conséquences environnementales d’Alpha Coal dépassent l’enceinte de la mine. La réserve naturelle de Bimblebox classée zone de conservation, est située à seulement 10 km au nord d’Alpha Coal, et une forêt tropicale se trouve dans la zone d’impact des mines. Les agriculteurs s’inquiètent également de la retombée de poussière de charbon sur les pâturages qui pourraient avoir lieu le long de la voie ferrée de 495 km de long. Ces résidus seraient également nocifs pour les zones humides environnantes qui abritent de nombreuses espèces d’oiseaux.

Un danger pour les réserves en eau

La mine concurrencerait les besoins des populations en eau et son impact sur les ressources hydriques perturberait le système écologique. Les ressources souterraines sont la principale ou seule source d’eau pour les populations et les fermes de la zone. Or, les opérations minières pomperaient massivement dans les réserves en eaux souterraines qui pourraient baisser de 5 m sur un rayon de 20 km autour de la mine. Les détournements de l’eau au niveau du bassin pour l’usage de la mine aurait des conséquences en aval, sur la Grande barrière de corail. Alpha Coal est situé dans le bassin versant de Burdekin dont l’eau alimente les zones humides environnantes mais aussi la Grande barrière de corail. Or, en 30 ans, la mine nécessiterait 176 milliards de litres d’eau, soit 70 400 piscines olympiques, qui se seraient normalement écoulés dans ce bassin.

Une bombe climatique

La combustion du charbon extrait de la mine émettra plus de 60 millions de tonnes de CO2 chaque année, soit 1,8 milliards de tonnes d’émissions de CO2 sur une durée de vie de 30 ans. Ce taux d’émissions annuelles dépasse celui de nombreux pays, comme la  Suède, l’Irlande, la Suisse, le Portugal, Hong Kong ou Singapour – chiffre de 2010. Les opérations minières et la voie ferrée produiraient respectivement plus de 11 et 17 millions de tonnes d’émissions de CO2 supplémentaires. La mine émettrait au total l’équivalent de 10,91% des émissions annuelles de l’Australie.

Mais Alpha Coal n’est pas isolé : il n’est que l’un des 9 projets miniers que les industriels prévoient de développer dans le bassin de Galilée. Empêcher qu’Alpha Coal n’aboutisse et que ce nouveau gisement ne soit ouvert est donc un défi climatique majeur : l’ensemble des projets émettraient chaque année presque autant de CO2 que l’Allemagne, sixième pays émetteur de CO2 au monde.

Des impacts irréversibles sur la Grande barrière de corail

La Grande barrière de corail est menacée par l’industrialisation le long de la côte de l’Etat du Queensland, le développement du transport maritime et du changement climatique.

L’UNESCO a déjà donné l’alerte et a demandé au gouvernement de ne pas autoriser de nouveaux développements d’infrastructures dans la zone de la Grande barrière de corail. Elle menace d’inscrire la Grande barrière sur la liste des sites en danger si rien n’est fait pour la protéger et stopper les projets actuels.

Il s’agit d’un écosystème sensible, pour lequel tout réchauffement de la température des eaux entraîne un blanchiment des coraux. Une hausse des températures supérieure à 2 °C transformerait la Grande Barrière en une banc d’algues. L’absorption par les océans d’une quantité croissante de CO2 réduit la capacité des coraux à produire des squelettes.

L’expansion portuaire prévue dans la zone de la Grande barrière de corail menace en outre directement les habitats d’espèces marines menacées, dont quelques espèces de baleines migratrices. 

Des impacts sur l’économie

Le charbon n’est pas destiné à l’économie australienne et la majorité des bénéfices de la mine seront exportés étant donné que le principal détenteur du projet est indien.
La mine créerait des emplois mais la migration de travailleurs miniers perturberait l’économie locale majoritairement agricole. Au contraire, elle met en danger les 5 milliards de dollars et les 50 000 emplois que rapporte la Grande barrière de corail à l’économie australienne.

Demandes

01

Société Générale doit se retirer du projet Alpha Coal

Victoire : cette demande n'est plus d'actualité. La banque s'est retirée du projet.

02

Les banques doivent couper leurs soutiens aux fossiles

Les banques françaises doivent s’engager à ne plus accorder des financements et soutiens directs à de nouveaux projets de mines, centrales et infrastructures charbon et à adopter des politiques sectorielles encadrant l’intégralité de leurs soutiens financiers au secteur.

  • 24 Oct 2013

    Lancement de la campagne

    Dans une lettre ouverte signée par 57 organisations, les Amis de la Terre France et leurs partenaires appellent Société Générale à se retirer du projet Alpha Coal.

  • 17 Nov 2013

    La banque est nominée...

    Stop Alpha Coal - Société Générale

    Les Amis de la Terre organisent une semaine de mobilisation contre Société Générale et nominent la banque aux Prix Pinocchio.

  • 15 Nov 2013

    Société Générale réagit aux mobilisations et justifie son soutien au projet Alpha Coal.

  • 11 Mar 2014

    Nouvelles révélations

    Une carte présente les activités climaticides des banques françaises en Australie.

  • 15 Mar 2014

    Les Amis de la Terre France publient un rapport analysant les risques du projet.

  • 22 Mai 2014

    Actions citoyennes contre Société Générale

    Stop Alpha Coal - Société Générale

    Les Amis de la Terre, Attac et Bizi ! se mobilisent dans le cadre d’une nouvelle semaine d’actions pour demander à Société Générale de se retirer du projet Alpha Coal.

  • 16 Mai 2014

    La direction régionale de Société Générale à Bayonne est occupée par les militants.

  • 20 Sep 2014

    Le rendez-vous des Assemblée Générales

    Charbon-Societe-Generale-Alpha-Coal

    Les Amis de la Terre, Attac et Bizi interpellent Société Générale sur ses soutiens à Alpha Coal à l’occasion de son assemblée générale annuelle.

  • 02 Juin 2014

    Déversement de charbon par des militants

    bizi-en-collaboration-avec-les-ong-attac-france-et-les-amis-de-la-terre-prevoit-de-multiplier-les-actions-contre-alpha-coal-jusqu-a-la-conference-paris-climat-de-decembre-2015

    En réaction au refus de Société Générale de se retirer du projet, Bizi déverse 1,8 tonne de charbon devant le siège régional de Société Générale à Bayonne.

  • 27 Oct 2014

    Le vent tourne pour Alpha Coal

    Après Crédit Agricole, HSBC, Deutsche Bank, RBS et Barclays, les banques états-uniennes Goldman Sachs, Citi et JPMorgan Chase annoncent qu’elles ne financeront pas Alpha Coal.

  • 01 Déc 2014

    Mobilisation : la pression autour de la banque s'intensifie

    Les Amis de la Terre, Attac et Bizi ! occupent des agences de Société Générale à Paris et Bayonne.

  • 05 Déc 2014

    Victoire !

    Victoire - la mobilisation paye

    Société Générale annonce son retrait du projet Alpha Coal.

  • 08 Avr 2015

    Les banques françaises tournent le dos à Alpha Coal

    BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale s’engagent à ne participer au financement d’aucun des projets charbon dans le bassin de Galilée.

Aidez-nous à rester indépendant