méthanier en Arctique
Climat-Énergie
2 septembre 2020Communiqué de presse

En contradiction avec les promesses de relance “verte”, le gouvernement mise sur l’exploitation du gaz en Arctique

Selon les informations du journal Le Monde, le gouvernement français s’apprête à soutenir financièrement le projet gazier de Total dans l’Arctique russe Arctic LNG 2. Ces révélations mettent à mal la crédibilité du plan de relance “vert” du gouvernement attendu demain.

A la veille des annonces sur le plan de relance “vert” du gouvernement, le journal Le Monde 1 a révélé que le gouvernement français était sur le point de subventionner Total et le parapétrolier TechnipFMC pour une immense usine de production et d’exportation de gaz dans l’Arctique russe via des aides à l’export. Le projet appelé Arctic LNG 2 serait construit juste en face du méga terminal GNL Yamal LNG au nord de la Sibérie. La majeure partie du trafic maritime empruntant la route du Nord est aujourd’hui liée à Yamal LNG pour exporter du gaz vers l’Asie. La seconde moitié de la production est exportée vers l’Europe, renforçant ainsi la dépendance du continent au gaz russe.

Selon les Amis de la Terre France, ce projet ne comporte pas seulement des risques sur le plan géopolitique, mais aussi sur le plan climatique et environnemental. Avec sept autres ONG, ils ont alerté Emmanuel Macron sur ces risques dans un courrier envoyé fin juillet, resté pour l’heure sans réponse. Il serait donc incohérent et irresponsable de le soutenir financièrement. Les feux de forêts dans l’Arctique cet été ont une fois de plus rappelé l’urgence de laisser les énergies fossiles dans le sol et de protéger cette région, impactée de plein fouet par le dérèglement climatique. Malgré les engagements internationaux du Président de la République sur la protection des pôles 2, le soutien du gouvernement à Total pour ses projets gaziers en Arctique s’exprime à plus haut niveau. Emmanuel Macron était présent lors de l’entrée de Total dans le consortium Arctic LNG 2 3 et il avait essayé, en tant que Ministre de l’Economie et des Finances, de pousser les banques françaises à contourner les sanctions américaines pour financer Yamal LNG, en vain 4. En compensation, le gouvernement français avait subventionné ce premier projet gazier dans l’Arctique russe via son agence de crédit à l’exportation Bpifrance Assurance Export en 2017, en garantissant un prêt de 350 millions d’euros 5.

Portrait Cécile Marchand

« Face aux intérêts économiques de Total, les belles promesses du gouvernement sur la relance verte partent en fumée, à la vitesse des feux de forêts qui ont ravagé l’Arctique cet été. »

Cécile Marchand
Chargée de campagne climat et acteurs publics aux Amis de la Terre France

Les 30 milliards d’euros alloués à la transition écologique dans le plan de relance ne suffisent pas à enclencher le virage nécessaire face à la crise écologique et sociale selon l’ONG. Toutes les dépenses néfastes pour le climat et la biodiversité doivent être supprimées, à commencer par les subventions publiques aux énergies fossiles. Suite aux débats budgétaires agités en 2019, le gouvernement doit faire des propositions d’ici la fin du mois au Parlement pour décarboner ses financements export. « La relance ne doit pas être celle des énergies du passé. Or, le gouvernement français en continuant d’octroyer des aides à l’export pour des projets d’hydrocarbures semble en prendre tout droit le chemin. » conclut-elle.

Notes
2

Au G7 en 2019, Emmanuel Macron déclarait « Beaucoup sont en train d’expliquer que le réchauffement climatique est une bonne nouvelle, la glace est en train de fondre, donc on va passer par là. Utiliser cette route nous tuerait. » Le Monde

4

Reuters, janvier 2016
Les Echos, décembre 2019

 

5

Bpifrance, Liste des contrats garantis en 2017