méthanier en Arctique
Climat-Énergie
2 septembre 2020

Le gouvernement mise sur le gaz en Arctique

Le journal le Monde révèle aujourd'hui que le gouvernement français s’apprête à soutenir financièrement un projet gazier de Total dans l’Arctique russe. Une nouvelle incohérence pour le gouvernement qui promettait un plan de relance “vert”.

En dépit de l’urgence climatique, la France s’apprête à déclencher une nouvelle bombe climatique. Alors que les feux de forêts ont ravagé la Sibérie tout l’été, Emmanuel Macron s’entête à financer le développement de l’exploitation gazière en Arctique.

Le plan de relance ne sera vert que s’il met fin à tous les financements aux projets climaticides !

L’augmentation de l’exploitation gazière en Arctique, source d’un important trafic maritime

Le gouvernement français est sur le point de subventionner Total pour la construction d’une usine de production et d’exportation de gaz dans l’Arctique russe. Le projet appelé Arctic LNG 2 serait construit juste en face d’un autre terminal de gaz naturel liquéfié, au nord de la Sibérie. Le développement de l’exploitation des hydrocarbures en Arctique surfe sur la fonte des glaces et est source de l’augmentation du trafic maritime sur la route du Nord. En effet, un fois extrait, le gaz est liquéfié, refroidi sur place puis exporté vers l’Asie et l’Europe.  

Des risques environnementaux et climatiques majeurs

Non seulement ce projet va augmenter la dépendance au gaz russe, mais il comporte également des risques climatiques et environnementaux majeurs. Le gaz naturel est une énergie fossile qui contribue directement au dérèglement climatique. Il serait donc incohérent et irresponsable de le soutenir financièrement. Les feux de forêts dans l’Arctique cet été ont une fois de plus rappelé l’urgence de laisser les énergies fossiles dans le sol et de protéger cette région, impactée de plein fouet par le dérèglement climatique. 

Les incohérences de la politique du gouvernement

Malgré les beaux discours internationaux du Président de la République sur la protection des pôles, c’est bien de l’Elysée que provient le soutien à Total pour ses projets gaziers en Arctique. Emmanuel Macron avait soutenu fortement le développement du projet gazier voisin de Total, Yamal LNG.

« Face aux intérêts économiques de Total, les belles promesses du gouvernement sur la relance verte partent en fumée, à la vitesse des feux de forêts qui ont ravagé l’Arctique cet été. »

Cécile Marchand
Chargée de campagne climat et acteurs publics

Les contradictions de la relance “verte”

Les 30 milliards d’euros alloués à la transition écologique dans le plan de relance ne suffiront pas à enclencher le virage nécessaire face à la crise écologique et sociale. Toutes les dépenses néfastes pour le climat et la biodiversité doivent être supprimées, à commencer par les subventions publiques aux énergies fossiles. « La relance ne doit pas être celle des énergies du passé. Or, le gouvernement français en continuant d’octroyer des financements export pour des projets d’hydrocarbures semble en prendre tout droit le chemin. » conclut-elle.