centrale à charbon - énergies fossiles
Climat-ÉnergieFinance
Communiqué de presse25 novembre 2021

Sortie des énergies fossiles : Bruno Le Maire choisit l’impuissance face à la finance

Bercy vient de préciser les termes de la mission visant à coordonner les institutions financières pour s’aligner sur l’Accord de Paris. Reclaim Finance et les Amis de la Terre France regrettent que le gouvernement renonce une nouvelle fois à prendre acte de l’échec de l’auto-régulation pour enfin contraindre les acteurs financiers.

Le communiqué de presse du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance rappelle la demande du ministre aux acteurs financiers, à savoir qu’ils s’engagent dans une “trajectoire de sortie du financement du charbon et des hydrocarbures non-conventionnels, en lien avec l’Accord de Paris, et au-delà, dans une trajectoire de réduction de l’intensité carbone des projets et des entreprises financés” 1.

Les acteurs financiers ne sauraient répondre à ces objectifs sans mettre un terme à leurs soutiens à l’expansion pétro-gazière. Le ministère reconnaît d’ailleurs l’insuffisance des annonces faites par les fédérations professionnelles et les banques françaises en amont du Climate Finance Day. En effet, les mesures annoncées par les quatre plus grandes et la Fédération bancaire française autorisent toujours des soutiens financiers à près de 70% des nouveaux projets de production pétrolière et gazière 2.

“Loin de faire de Paris un exemple à suivre à l’international, BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale n’ont jusqu’à présent cessé de piétiner l’Accord de Paris en augmentant d’année en année leurs financements aux entreprises à l’avant-garde de l’expansion des énergies fossiles 3. Crédit Agricole, qui a rappelé lors de la COP26 son récent engagement à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, a annoncé travailler à une nouvelle politique pour la fin de l’année. Il devra pour être cohérent appliquer la première conclusion du rapport de l’Agence internationale de l’énergie pour l’atteinte de la neutralité carbone et s’engager à ne plus financer les entreprises qui ne renonceront pas au plus tard d’ici fin 2022 à développer de nouveaux projets dans les secteurs pétroliers et gaziers les plus risqués” déclare Louis-Maxence Delaporte, chargé de campagne à Reclaim Finance.

Bercy se réfère à juste titre au rapport de l’ACPR et l’AMF 4 et aux recommandations du Comité scientifique et d’expertise de l’Observatoire de la finance durable 5. Quand les premiers stipulent qu’il ne peut y avoir alignement sur une trajectoire 1,5 °C sans un travail sur toutes les énergies fossiles, le second appelle les acteurs financiers à reconnaître la nécessité de mettre un terme à l’expansion pétro-gazière en commençant immédiatement par une exclusion des entreprises qui ne renonceraient pas dans un temps court à leurs nouveaux projets de puits pétroliers et gaziers dans les secteurs non-conventionnels. Mais si le gouvernement démontre sa compréhension des enjeux et de l’échec des acteurs financiers à répondre à la commande politique, il renonce une fois de plus à réguler.

Pour Lorette Philippot, chargée de campagne aux Amis de la Terre France : “Alors que les grandes banques françaises se sont permises d’arriver les mains quasiment vides au Climate Finance Day il y a un mois, Bruno Le Maire continue à gagner du temps. Il préfère relancer de nouveaux travaux méthodologiques plutôt que d’enfin contraindre les acteurs financiers à se conformer aux recommandations limpides du Comité scientifique. Pire encore, il délègue la définition de cette trajectoire d’alignement avec l’Accord de Paris au secteur privé et au président d’un des plus gros investisseurs dans les énergies fossiles du monde ! Le gouvernement prépare ainsi son greenwashing à la présidence de l’Union européenne. Il ne fera cependant pas oublier que la Place de Paris est le premier financeur d’Europe des énergies fossiles 6.”

Notes
1

Voir le communiqué de presse de Bercy, novembre 2021.

2

Reclaim Finance et les Amis de la Terre Sortie des énergies fossiles : les banques servent du réchauffé, octobre 2021.

3

Les banques françaises ont accordé plus de 127 milliards de dollars de financement aux 100 entreprises qui développent le plus d’énergies fossiles. Rapport Banking On Climate Chaos, mars 2021.

6

Rapport Banking On Climate Chaos, mars 2021.