Extractivisme, charbon
Climat-ÉnergieMultinationales
17 octobre 2014

Prix Pinocchio : “Retour vers le futur : en Europe de l’Est, EDF mise sur le charbon”

La multinationale française EDF est nominée aux Prix Pinocchio 2014 dans la catégorie "Plus vert que vert", pour ses projets d'investissements dans le charbon, notamment en Serbie.

Retour vers le futur : en Europe de l’Est, EDF mise sur le charbon

Détenu à 84% par l’État français, EDF investit à travers le monde entier dans une des énergies les plus polluantes qui soient : le charbon. Derrière la stratégie affichée par le groupe énergétique public d’un « mix énergétique diversifié et décarboné », il y a donc non seulement le choix du nucléaire, mais aussi celui de développer une énergie fossile considérée comme responsable de près d’un tiers des émissions globales de gaz à effet de serre. L’Europe de l’Est est particulièrement visée. EDF détient des centrales à charbon en Pologne, s’est porté candidat pour en construire une nouvelle en Croatie, et se trouve toujours impliquée dans un projet en Serbie, à Kolubara. Investissements qui lui valent cette année une nomination aux Prix Pinocchio.

EDF, premier producteur nucléaire au monde, défend l’énergie atomique comme le « pivot d’une production d’électricité compétitive, sûre et sans CO2. » Ce que le groupe se garde bien de souligner dans sa communication officielle, c’est qu’il investit aussi un peu partout dans le monde dans une autre source d’énergie – le charbon. Or, celui-ci est un grand émetteur de CO2, serait responsable d’environ un tiers des émissions globales de gaz à effet de serre. Il est ciblé par les environnementalistes comme la principale source d’énergie sale, à éliminer d’urgence pour éviter la catastrophe climatique.

(…) lire la suite de cette enquête sur le site de l’Observatoire des Multinationales.