Climat : le projet charbon Plomin C mis au tapis par une nouvelle politique du Crédit Agricole

Montreuil, le 30/09/2015 - Suite au lancement d’une mobilisation pour le retrait immédiat du Crédit Agricole du projet charbon de Plomin C en Croatie (1), la banque publie aujourd’hui de nouveaux critères sur ses soutiens aux centrales à charbon qui rendent non conclusif son mandat de conseil pour le projet (2). Les Amis de la Terre France et Croatie, Bankwatch et BankTrack se félicitent de cette victoire mais resteront vigilants quant au respect de cette politique. Ils appellent la société civile à accroître la mobilisation pour la fin des soutiens des banques au charbon et invitent les clients des grandes banques comme BNP Paribas à changer de banque le 10 octobre pour montrer leur refus de financer indirectement les changements climatiques.

Crédit Agricole vient de publier une nouvelle politique sur les centrales à charbon qui rend maintenant certain que la banque ne pourra pas financer le projet de Plomin C en Croatie (2). Cette politique arrive moins d’un mois après la publication par les Amis de la Terre France et Croatie, BankTrack et Bankwatch d’une étude démontrant l’incompatibilité du projet avec les propres standards RSE de la banque (1). Crédit Agricole leur répondait le jour même et publiquement, défendant son rôle de conseil dans le projet (3). Mais les critères adoptés aujourd’hui rendent ce mandat automatiquement non conclusif. « C’est une victoire de plus de la société civile contre les soutiens des banques au charbon et nous saluons ce pas supplémentaire de la part de la seule banque française à avoir déjà arrêté ses aides aux mines de charbon » déclare Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée / Coface aux Amis de la Terre.

« En perdant le soutien de la banque qui le conseille, Marubeni aura beaucoup plus de mal à trouver les financements nécessaires auprès des banques internationales. C’est un obstacle de plus à un projet qui en plus d’être une aberration écologique et sanitaire viole les législations locales et certainement européennes. Les alternatives aux énergies fossiles existent, comme l’éolien et le solaire qui ne sont développées qu’à moins de 12,5 et 0,2% de leur capacité en Croatie (4). C’est vers ces secteurs que le Crédit Agricole doit concentrer ses soutiens » précise Bernard Icvic des Amis de la terre Croatie.

« L’adoption de nouveaux critères charbon par le Crédit Agricole prouve que la mobilisation paie. Nous nous félicitions déjà en mars 2015 de l’engagement des banques françaises à ne pas financer les projets liés au développement de la plus grande zone de charbon au monde en Australie, puis de la décision du Crédit Agricole concernant la fin de ses soutiens aux projets de mine de charbon et aux entreprises spécialisées dans cette activité. Nous devons aujourd’hui maintenir la pression sur toutes les banques internationales pour qu’elles signent l’Appel de Paris et s’engagent avant la COP21 à mettre un terme à tous leurs soutiens au secteur du charbon » ajoute Yann Louvel, coordinateur de la campagne Energie et Climat à BankTrack.

Car la route est encore longue. D’autres banques, comme BNP Paribas, pourtant sponsor de la COP21 et première banque française en matière de financement du charbon (5), n’ont toujours pas pris le moindre engagement vers la fin de ces financements. « On est loin de l’excellence climatique et la nouvelle politique du Crédit Agricole est très décevante au regard des enjeux. Il ne faut plus construire de nouvelles centrales nulle part, or le Crédit Agricole n’arrête que dans les pays à hauts revenus. C’est donc business as usual dans 93,5% du marché (6). Mais il est surtout déplorable de voir que ces nouveaux critères suffisent à placer le Crédit Agricole en tête des pires élèves de la classe. Il est urgent que les autres banques s’y mettent » précise Lucie Pinson.

Les ONG, elles, ont pris un engagement : accentuer la mobilisation en direction des plus mauvais élèves, BNP Paribas en France, Deutsche Bank en Allemagne ou Morgan Stanley aux Etats-Unis. Car il est temps de tourner la page du charbon et de refuser que les banques utilisent l’argent de leurs clients pour financer les changements climatiques. Les Amis de la Terre appellent donc les client-e-s des grandes banques à participer à la journée sur le changement de banque, le 10 octobre, pour faire valoir les alternatives aux banques climaticides et envoyer un signal : les alternatives sont déjà en marche, et si les grands établissements bancaires refusent de changer, leurs client-e-s iront confier leur argent à des banques zéro fossile, zéro fissile, comme la Nef en France (7).

Contact presse : Pierre Sagot, chargé de communication, les Amis de la Terre, communication@amisdelaterre.org 0686415343

Contacts interviews : Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée, Amis de la Terre, 06 79 54 37 15, 09 72 43 92 62 lucie.pinson@amisdelaterre.org Yann Louvel, coordinateur de la campagne climat-énergie, BankTrack, 06 88 90 78 68, yann@banktrack.org Bernard Ivčić, directeur de Zelena Akcija, les Amis de la Terre Croatie, bernard@zelena-akcija.hr Pippa Gallop, coordinatrice de recherche, CEE Bankwatch pippa.gallop@bankwatch.org

(1) « Plomin C : à quand la fin de l’incohérence climatique du Crédit Agricole », communiqué de presse des Amis de la Terre France du 10 septembre 2015 : http://www.amisdelaterre.org/Plomin-C-a-quand-la-fin-de-l.html

(2) « Crédit Agricole S.A. prend de nouveaux engagements face aux enjeux du charbon et du carbone », communiqué de presse du Crédit Agricole du 30 septembre 2015. http://www.credit-agricole.com/Actualites-et-decryptage/Communiques-de-presse/Communiques-generaux/Communique-Credit-Agricole-S.A.-Credit-Agricole-S.A.-prend-de-nouveaux-engagements-face-aux-enjeux-du-charbon-et-du-carbone?hootPostID=cf40402b99ba4ae8588fdd2ac77d12ee

(3) Réponse du Crédit Agricole aux Amis de la Terre et BankTrack, 10 septembre 2015 : http://www.credit-agricole.com/Actualites-et-decryptage/Nos-positions/10-septembre-2015-Reponse-du-Credit-Agricole-aux-Amis-de-la-Terre-Plomin-C

(4) Potentiel pour l’éolien : Sander and Partner (données fournies pour le “SEE SEP energy modelling project” et utilisées dans l’Atlas de l’éolien dans les Balkans http://balkan.wind-index.com/). Capacité éolienne installée : http://www.ewea.org/fileadmin/files/library/publications/statistics/EWEA-Annual-Statistics-2014.pdf Potentiel technique pour le solaire (toits uniquement) DOOR, données utilisées pour SEE-SEP 2050 energy model. Capacité PV instalée http://www.pv-magazine.com/news/details/beitrag/croatian-pv-sector-owes-it-all-to-rooftops_100017362/#axzz3loVINDAS

(5) Rapport des Amis de la Terre et BankTrack « Charbon : l’argent sale des banques françaises » et voir le classement des banques internationales sur le site internet de Banktrack : www.coalbanks.org

(6) Selon la base de données Global Coal Plant Tracker, 6,1% des centrales à charbon annoncées, en demande de permis ou permises depuis le 1er janvier 2010 se trouvent dans des pays dits à hauts revenus selon la nomenclature de la Banque mondiale.

(7) Pour en savoir plus sur la journée du 10 octobre, lire l’article « Ma banque pollue, je change de banque » - http://www.amisdelaterre.org/Je-change-de-banque.html, et envoyez un mail à changedebanque@amisdelaterre.org

Rédigé le