Finance
Communiqué de presse14 avril 2021

Financements export : la coalition des belles paroles ?

Sept pays européens lancent aujourd’hui la coalition “Export Finance for Future” (E3F), promettant de cesser les financements export aux projets d’énergies fossiles. Menée par la France dont la politique en la matière est totalement insuffisante au regard de l’urgence climatique, il reste à transformer sans attendre les discours en actes.

En effet, plusieurs méga-projets climaticides, comme les projets de Total en Ouganda et en Arctique, pourraient recevoir un soutien de différentes agences de crédit à l’exportation, dont de Bpifrance, dans les prochains mois. Les Amis de la Terre France appellent cette coalition et le gouvernement à mettre en œuvre dès fin 2021 et la COP26 un arrêt de ces subventions aux énergies fossiles. 

L’alliance de sept pays européens attire l’attention sur la problématique majeure que représentent les financements à l’export face à l’urgence climatique : entre 2016 et 2018, les agences de crédit à l’exportation ont soutenu des projets d’énergie fossiles à hauteur de 31,6 milliards de dollars, dont 24,5 milliards pour les projets pétroliers et gaziers. En comparaison, seuls 2,7 milliards de dollars ont été attribués aux projets d’énergies renouvelables 1

Il est cependant problématique que les annonces n’incluent pas de date de sortie des énergies fossiles, empêchant d’évaluer le potentiel réel de cette coalition. 

Anna Léna Rebaud

“Le Président Macron et la France nous ont habitués aux grands effets d’annonce sur la scène internationale pour se façonner une image de leader sur les sujets climat. Mais quelle est l’ambition réelle de cette coalition si aucune date de sortie n’est fixée ?”

Anna-Lena Rebaud
chargée de campagne Climat et Transition juste aux Amis de la Terre France

Anna-Lena Rebaud poursuit “Les pays suivront-ils l’exemple du Royaume-Uni pour cesser immédiatement tout soutien aux énergies fossiles ou continueront-ils à soutenir le gaz jusqu’en 2035 comme le prévoit la France ?

En effet, la France s’auto-proclame pionnière “dans la mise en place d’une stratégie de verdissement des financements export” mais oublie de mentionner le gouffre d’ambition entre sa politique et celle du Royaume-Uni. Pour être crédible, la France doit faire ses preuves par des actes : revoir dès cette année ses critères pour exclure toutes les énergies fossiles ainsi que les infrastructures associées 2 et engager sérieusement une transition juste pour le secteur parapétrolier français 3

Anna-Lena Rebaud poursuit : “Bruno Le Maire a sur son bureau une occasion parfaite pour transformer les discours en réalité : refuser d’octroyer la garantie de 700 millions d’euros sollicitée par Total pour Arctic LNG 2, un méga projet gazier en Arctique russe 4. Après avoir soutenu un premier projet gazier au Mozambique en 2017 5, le gouvernement a il y a quelques mois refusé une garantie à Total pour son désastreux projet Mozambique LNG. Ce refus doit devenir la norme de la politique française en matière de financements export, pour Arctic LNG 2 comme pour tous les projets suivants.”

Juliette RENAUD

“Les méga-projets fossiles n’ont pas seulement des impacts climatiques : déplacement de populations, graves violations des droits humains, dommages irréversibles pour la biodiversité…”

Juliette Renaud
responsable de campagne sur la Régulation des multinationales aux Amis de la Terre France

Juliette Renaud complète : “Alors que Total vient de signer dimanche des accords clés pour le lancement de l’oléoduc géant EACOP en Ouganda et en Tanzanie 6, nous exhortons le gouvernement français à suivre l’exemple du Royaume-Uni en s’engageant publiquement à ne pas apporter de soutien à ce projet inacceptable”.

Les détails de l’annonce seront rendus publics cet après-midi au cours d’une conférence organisée par le ministère de l’économie. Les Amis de la Terre seront présents…

Notes
1

Adding fuel to the fire. Export Credit Agencies and fossil fuel finance”, Friends of the Earth US, Oil Change International, Janvier 2020.

2

Décryptage du plan climat sur les financements export, Les Amis de la Terre, 29 octobre 2020.

4

Arctic LNG 2 a pour objectif de produire et exporter l’équivalent de 7 milliards de barils de pétrole, soit 12 fois la consommation annuelle de la France. “En contradiction avec les promesses de relance “verte”, le gouvernement mise sur l’exploitation du gaz en Arctique”, Les Amis de la Terre, 2 septembre 2020.

5

Voir notre rapport : “Mozambique : de l’eldorado gazier au chaos”, juin 2020.  

 

6

Voir notre rapport “Un cauchemar nommé Total”, octobre 2020 et “Total Ouganda : les associations se pourvoient en Cassation alors que le projet s’accélère”, Les Amis de la Terre, 12 avril 2021.